Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Blog - Page 4

  • Ceux qui travaillent, un film réaliste, qui ne tombe pas dans l'anticapitalisme primaire

    photo-condor-distribution_4763893_540x270p.jpg

    Franck, un self made man, un autodidacte, issu d’un milieu modeste, est devenu à force de détermination et de courage, cadre supérieur dans une grande entreprise de logistique maritime, qui gère à distance, des transports de containers sur toute la planète. Les marges dans cette activité sont faibles, où la concurrence est vive, chaque minute perdue avec l'enorme cargaison coûte une fortune....

    Un jour, il prend une mauvaise décision, un choix influencé par les contraintes qu'il se donne, par sa peur possible de perdre ce qu'il a construit, mais un choix totalement immoral, et sa vie bascule…Incompris par ses proches et dans sa famille, où femme et adolescents vivent de manière très bourgeoise, profitant d’un niveau de vie aisé grâce au confortable salaire de Franck, sans trop se soucier de ses problèmes, le condamnant assez durement sans véritable empathie, le film va nous raconter une descente aux enfers psychologique, d’un homme, qui découvre sa solitude…Heureusement, sa plus jeune fille, qui adore son père, va devenir sa bouée et va lui éviter de sombrer.

    Magnifiquement interprété par Olivier Gourmet, révélé depuis plus de vingt ans par les Frères Dardenne,  donnant au rôle pudeur et puissance , il porte assez haut ce premier film d’un jeune réalisateur d’origine suisse, nous brossant avec réalisme  l’univers sans pitié des boites mondialisées, sans toutefois  tomber dans les niaiseries militantes anticapitalistes  de la Loi du Marché et dans les envolées « engagées »  d’un Vincent Lindon…

    C’est tristement humain et très contemporain….No comment…A voir.