Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

23/10/2014

National Gallery - Le film de Wiseman

film, cinéma; films

 

C’est à la fois trop court et un peu long…. il ressort quand même une idée d’ensemble de ce documentaire « no comment » de près de trois heures de Wiseman, ce cinéaste américain qui a consacré l’essentiel de son œuvre à l’observation de la société de consommation.

 Trop court, car on est souvent frustré, même si on est loin des montages « clipesques » qui font les beaux jours des films d’aujourd’hui…mais quand on commence à suivre un exposé sur la peinture du mois, un 10 Minute (10 minutes avec une conférencière devant un tableau) ou un 60 Minute (même idée en plus long), quand un expert explique une « stratégie de restauration », le point fort de l’établissement visiblement (car « restaurer ne veut pas dire rénover, il faut toujours pouvoir revenir en arrière pour les générations futures et tenter de décrypter l’œuvre pour ne pas la trahir »), quand on assiste à une réunion sur la préparation du budget de l’établissement, etc…on aimerait aller jusqu’au bout.

 Trop long, car on décroche par moments de cette mosaïque, qui reste quand même un patchwork visuel.

 En terme de synthèse, il ressort surtout pour moi, une image de la National Gallery, qui correspond à une volonté très exigeante de ce qui doit être produit par l’établissement. Même si contrairement à la France, l’entrée est gratuite et donc, que le musée est ouvert à tous, les conférences (qui sont payantes) sont très à l’ancienne, par petit groupe assis, de dix ou vingt personnes, studieusement enfermés dans une salle aux portes closes, et s’apparentant à un cours de haut niveau…on est au temple, il y a quelque chose de religieux dans ces présentations. On sent qu’il faut faire percevoir au public que l’art (ici les collections sont surtout traditionnelles) n’est pas n’importe quoi, ne se résumant surtout pas à une juxtaposition de couleurs.
Quand un expert, ordonne méticuleusement avec autorité, comment orienter les projecteurs pour effectuer la mise en lumière d’un triptyque, à un technicien perché sur une grue, quand un autre explique qu’à la Renaissance, le peintre finissait sa mise en couleur et son vernissage en fonction de l’endroit où était positionné le tableau dans le château et de la lumière qui tombait sur l’œuvre, et que l’idéal serait de retrouver de telles conditions pour « revivre » l’émotion originelle, quand on assiste aux conversations pointues, presque maladives, du conservateur et de son staff  pour réaliser un accrochage,  quand un intervenant explique avec passion le rôle du cadre et du choix du bois, quand la direction fait preuve de mauvaise humeur lorsqu’elle apprend que le marathon de Londres va voir son arrivée se faire devant le bâtiment du musée sans avoir été consultée, et qu’elle débat du risque de voir son image galvaudée par une manifestation sportive de masse, on sent à l’évidence, de l’élitisme.

 Mais c’est aussi cet élitisme qui permet, à mon avis, au public, de mieux saisir ce qu’est l’esprit de l’art, en tous cas de l’art bourgeois.

 Du coup, la critique du film par les Cahiers du Cinéma m’amuse…elle prête au réalisateur, que les Cahiers classent comme social, donc socialiste (?), des intentions qu’il n’a pas eu, à mon avis, à savoir, montrer à quel point la National Gallery est une vieille institution fermée sur elle-même et peu démocratique….certes, on n’est pas en France, où on a souvent tellement voulu populariser et vulgariser l’art, qu’on a perdu pour moi, l’essentiel de sa substance. En France, être exigeant sur la qualité s’apparente à une forme de luxe malsain…du coup C215 et Michel Ange sont au même niveau…C’est ce que ne font pas les anglais, en tous cas, National Gallery, et moi, je trouve cela plutôt bien…il suffit de regarder les publications sur la peinture faite en France et celles faites en GB, pour se rendre compte à quel point on est tombé dans le verbeux, voire le superficiel. A force de vouloir tout égaliser, on perd en route le sensible et je trouve un peu dommage que les meilleures publications récentes sur les impressionnistes français soient anglaises ou de Boston (où est né Wiseman d’ailleurs).

 Mais pour un pays qui se veut souvent à la fois anti libéral et élitiste, comme la France, reconnaitre que des anglais peuvent faire autre chose que du hamburger, et que peut être, ils pourraient avoir raison, ça nous gratte….et, que notre exception culturelle, dont on est si fier, est peut être plus dépendante du marketing que les anglais avec leur institution de Trafalgar Square, cela nous semble inconcevable….comme quoi l’art et sa représentation, sont bien un sujet politique et c’est là, le grand mérite de Wiseman que de nous interroger sur ce thème.

 

10:05 Publié dans Film | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : film, cinéma; films

Les commentaires sont fermés.