Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

16/11/2014

Les panneaux numériques

 Fréquentant assez régulièrement les musées et expositions de peinture, je trouve qu’on devrait réfléchir en haut lieu à homogénéiser et moderniser les panneaux qui accompagnent les tableaux accrochés aux cimaises, car pour une même manifestation, c’est le bazar le plus complet, c’est même parfois écrit dans un français douteux et c'est souvent sommaire.

 Je me fais moquer de moi par les visiteurs, car je les photographie, ces panneaux, pour identifier les tableaux à mon retour et pour travailler dessus… cela me vaut des réflexions du genre « les gens photographient n’importe quoi, on est vraiment dans une société d’imbéciles »…
pas grave, j’ai l’habitude de passer pour un charlot…

 Pour moi, il faudrait cogiter dans les hautes sphères de la RMN, au minima, à une charte (mais cela existe peut être, mais ce n’est pas appliqué, car c’est souvent comme ça en France), genre ceci que j’ai conçu tout seul, en quelques minutes, à titre d’exemple, rien de plus.

 

Nom de l’œuvre

Type (huile, fusain, tech. Mixte, etc…)

Date de création de  l’œuvre

Auteur

Date naissance auteur

Date décès auteur

Encadrement  (original, type de bois…)

Taille de l’œuvre

Commentaires sur les conditions de réalisation de l’œuvre

 

 

Commentaires sur le sujet représenté, le lieu, etc...

 

 

 

Acquéreurs, legs, dation…

Date acquisition, legs, dation…

Commentaire sur l’acquéreur : exemple médecin et collectionneur hollandais, ami du peintre….

Id

Id

id

 

 

 

 

 Du coup, on pourrait penser à une version numérique de ces panneaux, qui pourrait être visible en se postant devant le tableau, mémorisable par choix sur son IPhone avec l'image (inutile de garder les 500 tableaux d'une expo), en différentes langues au choix, à minima une trentaine, avec en accès gratuit ou payant, des liens hypertexte vers des bibliographies, des explications complémentaires, de l’analyse, du contexte historique, des radiographies si disponible, la liste des couleurs de la palette, etc…, car les écouteurs, cela devient ringard et surtout, c'est peu pratique, peu hygiénique, couteux (il faut toujours refaire)  et mal adapté à des enrichissements. 
Si on allait jusqu’à mettre une puce au dos du tableau, on pourrait également mémoriser des renseignements précieux pour des profils accessibles uniquement aux professionnels, afin de le tracer, suivre l’histoire du tableau et les travaux éventuels de rénovation  (certes, il existe des bases de données, le problème c'est souvent leur nombre et la perte d'informations),  avec des mises à jour possibles par des experts habilités….et disposer aussi des données de géo localisation, d’assurance, mais tout cela, c’est déjà plus compliqué à mettre en œuvre, car il faut une normalisation internationale, régler les problèmes de protection et de droit (les tableaux les plus côtés ne sont pas photographiables en général) et mettre autour d'une table des  gens qui n'ont pas toujours envie de se parler …cela viendra des anglais ou des américains  probablement un jour…c’est un français qui a inventé la puce, mais la culture numérique n’est pas encore bien dans les esprits et il faut de l'énergie pour mener un tel projet….Fleur Pèlerin pourrait piloter cela en terme de compétence, mais elle est devenue trop politique, elle ressemble de plus en plus à Hollande, je trouve, et préfère passer à travers les gouttes, sans prendre trop de risques, sans faire de vague, elle a tout compris au métier de politique….
et puis, au moins, cela vaudrait mieux que des MOOC mal fait, avec des vidéos récupérées,  pour faire dans le vent...pour un pays qui aime à se définir comme un grand pays de culture, pas terrible....mais le peu de budgets culture qui restent, ils partent pour les spectacles vivants, pas pour les bobos et ces ploucs de touristes tout juste bon à payer....faut faire dans le social, le Louvre organise des ateliers dans les prisons et va étendre ses activités aux hôpitaux**, on te dira que c'est un choix politique* !!!!

* sauf qu'on scie la branche sur laquelle on est assis, à savoir l'entretien de notre patrimoine culturel, qui fut peut être le plus riche du monde....

** Le 13 novembre 2014, AP-HP et Le Louvre ont signé un partenariat pour :

- des conférences à l'hôpital
- mise en place d'une artothèque, avec déplacement de copies d'œuvres dans les locaux et lieux de vie hospitaliers.
- Visites du Louvre proposées aux patients
- Formation du personnel hospitalier à l'appropriation du musée et de ses collections.

Dans un autre registre, la Voix du Nord annonçait triomphalement ce matin que l'Europe venant de faire un "chèque"  de 20 millions d'euros, qui vont s'ajouter aux 40 millions d'euros de la Région Nord Pas de Calais pour financer de nouveaux bassins et un spectacle d'aurores boréales à Nausicaa, le centre de la mer, en perte de vitesse et de fréquentation.

 

 

Les commentaires sont fermés.