Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

02/05/2015

Pas clair dans sa tête

 L'unité syndicale n'a pas eu lieu...A commencer par Berger, le leader de la CFDT, qui ne veut plus de lutte de classe qu'il juge trop ringarde et qui préfère la jouer partenaire social « adulte », voulant faire de cette journée du 1er mai une journée de réflexion et d’hommage au travail et non une journée systématique de revendications...je crois surtout que les centrales syndicales dites modernes commencent enfin à comprendre que pour sauver le syndicalisme traditionnel qui court à se perte et ne fait plus recette ailleurs que dans le public, avec ses combats d'une autre époque, il faut revoir la copie en profondeur...

 Mais à la CGT, SUD et dans les syndicats de la vraie gauche, on crie au traître...en tous cas, les défilés ne semblent pas faire recette...dans mon Pas De Calais chéri où je passe quelques jours, l'ancien ministre socialiste Cuvillier a pointé son nez à la fin du défilé des « rouges »...eh oui, il faut faire bonne figure, montrer qu'on est du côté des petits, des opprimés...je trouve cette position scandaleuse. Bien sûr que c'est le rôle d'homme politique de parler avec tout le monde, mais il peut s'abstenir de venir faire le beau pour montrer sa solidarité en s'affichant avec des gens qui revendiquent le contraire de la politique de Hollande : sortie de l'euro, sortie de l'Union Européenne, refus de la plupart des lignes directrices du programme du PS, haine de Macron (et de Valls), etc...

 Ce monsieur très démagogue est pourtant très heureux de toucher des fonds européens pour moderniser son Nausicaa et des aides de l'Etat pour financer la rénovation des quartiers les plus défavorisés...et puis, il ne manque jamais une occasion pour inviter Hollande dans son fief, qui va bien finir par revenir avant la fin de son mandat...manquerai plus que Hollande lui trouve un nouveau poste, comme cela se murmure dans le coin...

 Bref, un Premier mai qui reflète bien nos maux actuels, avec l'incapacité du plus grand nombre à aborder le changement, conforté par un pouvoir pas très clair dans sa tête...

 

Les commentaires sont fermés.