Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

14/05/2016

J'ai vu "Ma Loute" au cinéma à Boulogne sur mer

Je ne suis certainement pas très objectif, vu que Bruno Dumont est presque un voisin, et que ce morceau de côte sauvage, entre la Slack et Wissant, non loin du Cap Gris Nez, au paysage assez proche du Kent anglais, et qui sert de décor à son film (comme dans Hors Satan) m'est très familier. Le film oppose des bourgeois, genre grandes fortunes du nord de la Belle Epoque (Lille Roubaix Tourcoing, des étrangers pour un habitant modeste du Pas de Calais (c'est toujours un peu le cas), qui disparaissent mystérieusement, à des gueux du cru, des gars de la marine, interprétés par des non professionnels au physique marqué (des figures comme on en trouve dans les estaminets ou dans les bars tabacs de la région). Une seconde couche rappelle Pt'it Quinquin et fait intervenir des flics, des espèces de Duponts, et des gendarmes au physique coincé, des braves types mais qui peuvent parfois se révéler redoutables avec leurs préjugés. Enfin, pour servir de fil rouge, une histoire d'amour impossible nous plonge dans les problèmatiques de genre et d'incommunicabité de classe sociale. Ajoute à cela une pincée de catholicisme cher au cinéma de Dumont, de Vierge qu'on promène sur la plage (cela se fait toujours et tient une place non négligeable dans l'imaginaire collectif du coin) et de recours à la religion pour tout ce que l'on en comprends pas. Bref, il y a beaucoup de choses dans cette Loute, même si à mon avis, il y a une demi heure de trop. Les images sont sublimes (chapeau au Directeur de la photo et à l'exigence de Dumont en la matière), avec une séquence assez géniale de sauvetage en mer. En conclusion, j'adore, même si je veux bien admettre le côté un peu assez sombre du réalisateur, qui ne semble pas faire beaucoup de cadeaux à l'humain (tant pis pour les critiques humanistes, genre Télérama)...mais cela aussi je partage, cette vision hyper réaliste, qui dénote une grande sensibilité et qui bouscule un peu la pensée ambiante (et pan pour Lucchini, qui n'a pas eu l'air d'apprécier la collaboration avec Dumont et l'a fait savoir, ce qui du coup, révèle l' aspect vieux cabot ringard de l'acteur un peu malade, qui se prend pour un académicien). Est-ce que Dumont aura un prix ? Je ne sais pas, la sélection me paraissant de bien meilleure qualité que l'année dernière, la concurrence est rude et à Boulogne sur mer, au cinéma le plus proche de chez Dumont, on ne se bousculait pas hier, jour de sortie en salle de ma Loute, pour aller voir le film du nordiste (moyennement apprécié par beaucoup de locaux, qui n'aiment pas sa manière de les filmer)...mauvais présage, qui me fait penser que le film va faire peu d'entrées....Dommage.

10:04 Publié dans Film | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.