Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

17/08/2016

Toni Erdmann au cinéma - Remarquable !

C’est la rencontre entre, d’un côté, un sénior un peu hasbeen, qui a des problèmes avec son appareil dentaire et son tensiomètre et de l’autre, sa fille, consultante dynamique dans un cabinet international.

Tout les sépare à priori, surtout quand il perd son vieux chien et qu’elle est envoyée en Roumanie pour une mission d’externalisation de la production d’un client de la boite. Papy va la suivre, un peu contre l’avis de la fille, car il lui colle la honte, surtout quand elle se sent obligée de le trainer avec elle dans les cocktails et ses rendez-vous professionnels…Elle, elle est dans les tenues coquettes, le pince fesse, les « Nice to meet you » et lui, se comporte souvent comme un éléphant dans un magasin de porcelaine, avec son humour de vieux libertaire décalé et ses habits de semi clochard…

Mais on est toujours dans la retenue, car ces deux là s’adorent et ont besoin l’un de l’autre…car, au fond, elle est mal à l’aise dans ce milieu du conseil, qui se pense très intello, mais qui est souvent un peu lourd, bien macho et où, on s’y sent très seul…et lui, il sait qu’il peut lui nuire, qu’il dérange, il va même jusqu’à se déguiser en coach, pour gommer toute trace de parenté…

Il y a des scènes vraiment toutes en finesse, comme par exemple, quand il s’agit d’annoncer des licenciements à une unité de production un peu dépassée…on pourrait imaginer que le père va ramener sa fraise, en sermonnant sa fille avec un discours à la Corbyn, à la Mélenchon ou à la Bernie Sanders…pas du tout, il se contente de partager quelques moments de vie avec les ouvriers…C’est probablement d’ailleurs ce que la France, « terre de révolutionnaires – rires – ne supporte pas bien….

Car c’est là un peu le sens de cette histoire…pas de grand engagement, la vie passe trop vite…chacun est à sa place, même s’il ne partage pas l’avis de l’autre, enfin, l’autre qui vous aime (le monde extérieur compte peu visiblement), et chacun cherche à conserver un souffle, un instant, un échange de regards, une étreinte…comme si la vie ne permettait rien de plus…

C’est un film qui m’a doublement touché, étant à la fois du côté du père, mais aussi de la fille, en tant qu’ancien consultant…je peux donc difficilement communiquer ce déchirement, qui m’a beaucoup bouleversé dans « Toni Erdmann », comme si on était trop petit pour vivre ce qu’on a sur les épaules…J’aime l’humilité de ceux qui ne se prennent pas pour des belles âmes….

Mais bon, deux mémés « télérama » (elles ont fait assez de commentaires sur le canard en arrivant) sont sorties furieuses de ce film qu’elles ont trouvé long (près de 3 heures), bête, pas drôle (les critiques disent que le film est hilarant, sincèrement, je ne voie pas ce qu'il y a de si drôle) et ennuyeux…dommage pour elles…

20:53 Publié dans Film | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : cinéma; films

Écrire un commentaire