Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

06/12/2016

Cours remarquable sur le monde musulman

luuet.jpg

Je voudrai partager tout le bien que je pense de ce cours "Luttes Constitutionnelles en monde musulman" proposé par le Dr Ebrahim Afsah. Ce MOOC gratuit (on peut payer 45 € si on veut un certificat, à condition de réussir les tests, ce qui est faisable, je les ai réussi) est complet et passionnant.

Ce cours très documenté, assez long, (10 semaines avec au moins 7 heures par semaine, si on veut le faire sérieusement) balaye l'histoire du monde musulman, l'empire ottoman, le kémalisme, le wahhabisme, etc... et passe en revue tous les principaux pays concernés : Turquie, Egypte, Maghreb, Iran, Arabie Saoudite, Syrie, Inde, Pakistan, Afghanistan, Iraq, Bosnie, Afrique, etc...

C'est en anglais, mais sous titré en français.

On devrait tous le faire, cela permettrait de comprendre mieux enjeux, conflits, aspirations et contradictions du monde musulman.

Cela permettrait aussi de s'interroger sur notre histoire conjointe, et d'avoir une vision de ces pays sur l'Occident

C'est sans tabou, brillant sans être hermétique, accessible à tous si on fait l'effort de s'accrocher...

Le lien est ici

Le titre peut paraitre abstrait. En fait, le professeur appartient au Département Juridique et malgré les nombreuses références littéraires, sociologiques, historiques, il aborde aussi quelques éléments de droit, en décortiquant textes et traités,  qui expliquent bien des choses, comme le Traité de Versailles, le système de kafala, les accords Sikes Picot, la Constitution Egyptienne, etc...

A propos de ce cours :

 Apprendre ce qui motive l'agitation de la jeunesse musulmane, de Tunis à Téhéran, pour quelles positions politiques les islamistes du Mali à la Tchétchénie se battent, d'où vient l'apparente obsession par rapport à la loi islamique, ce qui a provoqué la disparition des laïcs, et s'il est logique de parler d'un État islamique.

Depuis 2009, il y existe une vague renouvelée de soulèvements populaires balayant une grande partie du monde musulman. Les autocraties laïques, mais généralement répressives et inefficaces, subissent des pressions ou sont entièrement balayées. En même temps, les différentes Républiques islamiques ne font pas beaucoup mieux, mais sont bouleversées par des troubles internes, économiques et par le déclin social. À travers les terres musulmanes, des dispositions constitutionnelles existantes sont contestées, souvent de manière très violente.
Ce cours propose une enquête sur les idées constitutionnelles et les institutions qui se sont développées depuis la moitié du 19ème siècle à travers des pays à prédominance musulmane, mais l'accent sera mis sur les acteurs qui ont dominé ce discours et sur leurs résultats. Nous nous pencherons sur le grand corps d'écrits classiques sur l'état islamique dans la mesure où il est nécessaire de comprendre le débat contemporain, mais nous nous concentrerons également sur les développements juridiques et politiques des 20e et 21e siècles.

Ce cours sera caractérisé par trois thèmes communs :

Nous privilégierons l'étude des réalités sociales et légales et nous chercherons à mettre en évidence où elles entrent en contradiction avec les stipulations dogmatiques, qu'elles soient religieuses ou constitutionnelles.

Nous chercherons à illustrer les tensions pratiques posées par les capacités administratives limitées et la légitimité politique qui ont résulté de la réception incomplète de l'État bureaucratique moderne.

Nous chercherons à examiner comment l'insatisfaction populaire par rapport à l'exécution pratique des gouvernements musulmans a alimenté la demande pour une plus grande responsabilisation sous le couvert de l'authenticité culturelle.

En fin de compte, le cours vise à permettre aux participants de mieux comprendre le discours musulman contemporain à propos de la res publica, de mieux contextualiser les exigences de la loi religieuse dans la vie publique, et de mieux déterminer la faisabilité théorique et pratique des alternatives religieuses postulées au modèle laïc gouvernant, encore dominant.

Les commentaires sont fermés.