Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

30/12/2016

Fais de beaux rêves - le film

Je termine l’année avec un très beau film « Fais de beaux rêves »…oh, ce n’est pas d’une grande gaité, mais l’année ne fut pas non plus des plus joyeuses.
Le film de Marco Bellocchio, adapté d’un best seller italien « Fai bei sogni » raconte l’histoire réelle de Massimo, journaliste italien, qui perd sa mère adorée très jeune dans des circonstances troubles, et qui va porter jusqu’à la seconde moitié de sa vie au moins, cette douleur et le questionnement autour des causes du décès.
Le film, tout en finesse et en pudeur, est magnifique sur bien des points.

La réalisation est soignée et on perçoit vite l’ambigüité qui est au cœur de cette histoire. Massimo adulte est coincé, physiquement et sentimentalement, on sent qu’il est incapable d’aimer à son tour, même si la passion et la sensibilité sont au centre de son travail de journaliste, faisant de lui, un être un peu hors du commun…la scène tournée à Sarajevo est intéressante, quand Massimo se retrouve face à une mère morte avec son fils vivant à ses côtés. Indifférence de l’enfant qui ne pleure pas et continue à jouer ou enfermement dans un passé pour mieux nier la réalité ?
L’auteur arrive ainsi à transmettre le doute sur l’amour, qui ronge Massimo, jusqu’à ce que l’armure se brise un peu dans deux scènes :
- lorsque ce personnage torturé est chargé par le rédac chef du journal, de répondre au courrier des lecteurs (une mère est toujours une mère et sa manière d’aimer demeure Sa réalité, même si c’est le contraire qui est ressenti par l’enfant) .Ce thème de l’amour mystérieux, voire impossible,  est présent d’ailleurs tout au long de l’œuvre ; petit, Massimo sent comme un animal peut le ressentir la souffrance qui tient à distance sa mère, sans saisir la cause de son malheur.
- Lorsque Massimo, invité à une soirée d’anniversaire, se sentant admiré par les participants pour son écriture (là aussi, qui écrit sait qu’il le fait à la fois pour être détesté et pour être aimé – on teste l’Autre, on va le chercher, quitte à passer pour un pervers immature- ), rompt la glace et se met frénétiquement à danser au centre d’un cercle de convives, avec un corps qui retrouve, comme dans un cri primal, les ardeurs et les gestes de bons moments passés avec la maman adorée.


Le montage est très réussi, alternant les époques et la photo, un peu brune, rajoute une touche de nostalgie…
Bref, c’est très fort et je suis heureux de partager mon enthousiasme pour ce film

09:00 Publié dans Film | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.