Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

20/06/2014

Dieu, l'Etat et Piketty

 

Au secours, l’Etat se prend pour Dieu et tout fout le camp…Harold James, professeur à l’université de Princeton, qui a beaucoup travaillé sur la mondialisation et ses conséquences, estime que la sécularisation  a détruit les fondements de la religion, en particulier en Europe et en France, avec un Etat qui se prend pour Dieu, voulant instaurer de nouvelles valeurs morales, régler l’injustice par la fiscalité et s’obstiner à lutter contre les inégalités..

Dans ces domaines, la France est un bon exemple,  avec une majorité d'intermittents peu employés, qu’il faudrait toujours assister, avec  des dépenses publiques qu’on n’arrive pas à réduire, avec des milliards qu’on envisage encore de sortir d’on en sait quel chapeau, pour financer 1300 quartiers défavorisés (avec une feuille de route assez irresponsable) ou pour s'offrir un retour à la SNCF des années 80, avec tellement d’Agences, d’Observatoires, de  Missions, de Commissions, de Conseils, de types de régions, qui s’ajoutent à un mille feuille administratif déjà bien indigeste, qu'on se perd dans une bureaucratie à la soviétique, avec des partenaires sociaux qui ne représentent plus depuis longtemps les travailleurs, mais imposent des mesures clientélistes à des politiques qui ne savent plus tenir un cap, avec une précarité d’un bon tiers de la population, dont tout le monde a la trouille qu’elle nous ramène la grande blonde au pouvoir qui récupère tout ce qui passe, avec des extrémistes religieux ,qui face  au déficit moral  de notre société, s’engouffrent dans la brèche, pour préparer la déstabilisation du pays, la nature ayant horreur du vide, etc….

Mais pour la plupart des bonnes âmes de gauche, silence dans les rangs, soyons optimiste et  cachons sous la moquette tout ce qui dérange, soyons unis et communions autour de Saint François (Hollande) pour l’aider à retrouver les chemins de ses promesses de campagne...

Harold James rappelle que dans les racines de la religion catholique, dont selon moi, les représentants ecclésiastiques en France, sont parfois devenus plus marxistes que religieux, l’homme devait être responsable, ouvert, dynamique, créatif, capable de compassion, acceptant la concurrence et l’inégalité, devant développer ses talents, source de progrès et de prospérité. Il dit  également que  l’Eglise a toujours rappelé l’inviolabilité de la propriété privée comme principe premier, permettant de réduire la pauvreté ( Rerum novarum), prônant la charité et non l’imposition,  et que l’Eglise a toujours été sceptique sur le développement tentaculaire de l’Etat et sur sa capacité à résoudre les problèmes en profondeur….une fois de plus, l’auteur évoque la Révolution Française, et la loi de 1905, qui ont tués l’influence religieuse, au profit du Dieu Laïcité….on dira, ah ces américains, ils nous emmerdent, n’empêche que….

A propos d'américains, j’ai écouté  jeudi Thomas Piketty sur France Culture, un historien économiste que j’ai beaucoup, beaucoup,  critiqué…j’avais suivi un peu son périple autour du monde à travers des articles parus dans la presse anglo-saxonne, en particulier, et je l’avais jugé en fonction de ce qu’il avait développé lors de son soutien à François Hollande aux Présidentielles (avec qui il prend maintenant de la distance), quand il avait une forme d’arrogance très gauchiste.... mais je ne l’avais pas entendu depuis qu’il a rencontré les meilleurs économistes et politiques du monde entier, qui ne lui ont pas toujours fait de cadeau…le bonhomme a changé de costume, a pris une sacré épaisseur : il rappelle son adhésion sans faille au capitalisme, dit ne pas être gêné en soi par les très hauts revenus tout en conseillant de rester vigilant sur les fuites de capitaux ou la spéculation outrancière,  plaidant pour l’harmonisation des systèmes fiscaux en Europe ,si on ne peut pas dévaluer ou détruire l’euro, et prenant maintenant beaucoup de précautions sur la taxation du patrimoine, tant tout est complexe et fragile, afin de préserver la croissance, soulignant au passage que les inégalités en France sont loin d’être celles qu’elles sont aux USA ou dans les Emirats et qu’il ne faut pas faire n’importe quoi…bref, je vais finir par devenir un adepte de Piketty….se confronter à d’autres systèmes de pensée qui tiennent la route, quand on est vraiment ouvert et intelligent, ça permet de progresser…enfin, une bonne raison de se réjouir.

Les commentaires sont fermés.