Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

09/07/2014

Mais qui a donc tué Jaurès ?

 

 

a_documentaire_jaures_est_vivant_07_2014.jpg

C’est la semaine sainte pour le socialisme sur Arte, avec la programmation de deux soirées consacrées à Jaurès, qu'il faut sans cesse ressusciter. Hier soir, la chaine diffusait un documentaire.

Dès les premières images, on vit apparaitre les grands prêtres du socialisme, comme Edmond Maire, ex dirigeant de la CFDT, le syndicat des éminences grises, qui tient la plume de la plupart des réformes sociales de ce pays, des Gouvernements de gauche, comme de droite (j'ai assisté jadis, à des pré validations "secrètes" entre la centrale de la rue de Belleville et Simone Veil, à l'époque ministre des affaires sociales de Balladur).
Je retiens surtout Vincent Peillon, qui y est allé de son interprétation très orientée de l’héritage testamentaire du grand Jaurès ; en effet, pour lui, Jaurès refusait l’idée de Grand Soir Révolutionnaire chère à Karl Marx et toute action communiste radicale, au profit de l’utilisation de l’école et de l’enseignement, comme bras armé de l’avènement de socialisme. L’aveu n’est pas nouveau dans la bouche de l’ancien ministre de l’Education Nationale qu’on ne regrettera pas, et dont on se dit, qu’on finirait par donner raison à tous ceux qui ont manifesté contre l’ABCD de l'égalité. Il faut donner du temps au temps, le temps de formater par la culture et l’éducation laïque les citoyens pour en faire un peuple uni autour de la belle idée républicaine revisitée par nos intellectuels de gauche.

Tous socialistes ou rien…et on fera rouler le rouleau compresseur en manipulant les programmes et les esprits, de quinquennat en quinquennat, jusqu'à épuisement des opposants… sauf qu’on voit ce que cela produit sur le plan économique et social…qu’à cela ne tienne, on ponctionnera le privé toujours plus pour financer la victoire de l’idéologie et affaiblir tout courant un peu trop libéral, en faisant parfois quelques circonvolutions pour ne pas tout faire craquer trop vite. Les réseaux sociaux, en effet hier, commençaient à s’affoler, suite à une fuite, qui laissait à envisager une baisse des pensions du privé…on commencerait bien sûr par les cadres de l'AGIRC, sans toucher aux camarades fonctionnaires, car il y a cadre et cadre pour un socialiste…

 

BoszVICIQAA-M0D.jpg

 

A regarder le film hier soir, je me disais que Sarkozy avait été gonflé en voulant balayer du revers de la main le joli cap cher à Jospin et ses potes, avec tous les rouages roses qui investissent l'Etat de bas en haut…pas étonnant qu’on assiste à de l’acharnement palliatif pour faire taire définitivement le vilain canard tout excité, qui a osé s’attaquer à ce que la gauche essaie d’imposer à la France depuis plusieurs générations…et je commence aussi à comprendre certaines positions extrémistes de la droite et sa décomposition (pour faire plier une machine aussi redoutable que celle des apôtres de Jaurès crucifié par le nationaliste Villain,  il ne faut pas faire dans la dentelle, le compromis ou dans le mou, comme Juppé et Raffarin)

Vraiment, pas étonnant que le climat soit pourri dans  ce pays…  en tous cas, pour moi, c’est clair, tout individu, sans exception, qui se dit encore  de gauche en France est désormais pour moi, un petit soldat du système, et donc, un ennemi…car pour ces gens là, on ne cherche pas des solutions ouvertes aux inégalités et au chômage, on se moque des opportunités offertes par la mondialisation, mais  on applique un dogme, qui protège ses élites et conditionne le reste dans une grande classe moyenne, aux revenus et à la pensée tendant à l'uniformité...

Les commentaires sont fermés.