Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

10/09/2014

Humanisme et économie, c'est possible ?

Voilà un beau challenge pour notre société qui n'ose plus se donner de défis, l'intelligence, cela ne serait plus d'avoir 160 de QI comme Attali, qui veut greffer de l'ADN Einstein sur un loser de banlieue, mais de savoir marier cerveau gauche et cerveau droit, ou pour faire plus simple, d'être capable de tirer les leçons du passé pour créer un avenir plus serein, d'être en quelque sorte un gestionnaire sensible, un mix de bête d'analyse financière, et d'artiste au ressenti exacerbé.......

Restons dans le domaine de la personne âgée que j'évoquais hier. On a vu au fil des années se technocratiser le système, à la fois du côté des établissements et du côté des administrations, avec des modèles statistiques de plus en plus sophistiqués pour calculer les charges en personnel et obtenir le meilleur seuil de rentabilité, afin de moduler les aides des Institutions vers les EHPAD en fonction de la moyenne de la dépendance des résidents et autres ratios bien tordus. Sachant qu'il faut statisquement x minutes avec 10 % de tolérance, pour changer une couche et que le taux d'incapacité est de tant, combien me faut-il d'aide soignantes..etc....

On a tout externalisé, la bouffe, l'animation, la blanchisserie, le nettoyage et la maintenance, etc...On a ainsi vu défiler au niveau des directions des maisons de retraite, devenues de plus en plus des groupes spécialisés dans le business sénior, des commerciaux avec leur Powerpoint, argumentant sur l'intérêt de supprimer du personnel : plus de pb syndicaux, plus d'augmentations à l'anncienneté, plus de gestion de vacances, plus de problèmes d'hygiènes avec des cuisines, plus de personnel à prévoir à 6H du matin pour faire les recettes des livraisons de fuel ou de cageots de légumes...bref, le bonheur....pour les dirigeants. car côté personnel, on n'y a guère gagné, vu que toutes les boites de service et de proximité ne font généralement pas dans le social...à leur crédit, elles embauchent des gens dont personne ne voudrait, des immigrés parlant mal français, des femmes prêtes à tout pour faire des boulots pas râgoutant qu'on paie avec un lance pierre, voir des sans papiers pas trop regardant sur le droit du travail....quant aux techniciens chargés de l'entretien, le contrat se négocie au forfait du mieux disant, c'est à dire au plus mal possible pour le personnel.

Côté pensionnaire, ce n'est pas non plus génial, même si grâce aux HEC qui gèrent ce marché du 4éme âge, les plaquettes sont de plus en plus luxueuses et attrayantes, ayant même recours à des vidéos pour convaincre la famille, qui n'a plus trop de moyens, que la vie n'a jamais été si belle depuis qu'on a 80 ans, avec plans de mémés qui chantent et qui dansent sur fond d'electro jazz, même si, je dois le réconnaitre, les locaux se sont souvent vus améliorés, en terme de sécurité, d'odeur et de couleur des murs. Image et communication sont devenus le nerf du compte d'exploitation, qui permettra au Groupe de régaler les actionnaires et d'investir au Portugal dans un nouveau concept de maison de repos pour vieux travailleurs en demande de soleil toute l'année....

Car dans ces boites, où on mélange souvent les genres (mise en avant des biens portants, alors que la majorité est Alzheimer ou fortement handicapée) on a souvent oublié (ou pas vu voir) dans les boards, que mémé a aussi des états d'âme, qu'elle a des coups de blues et de solitude, qu'elle a besoin parfois simplement de parler à quelqu'un qui parle français, de ses (vrais ou faux) problèmes de télévision qui saute, que son appêtit n'est pas planifiable 5 jours à l'avance, qu'elle peut avoir envie d'un simple bol de soupe un jour qu'elle a passé sa matinée en examen dans un hopital à attendre de 10 h à 15h sans boire une goutte d'eau, qu'elle aimerait trouver quelqu'un pour lui mettre un sparadrap au doigt quand elle se coupe et que le jour où elle glisse dans sa cuisine, elle n'ose pas appuyer sur le bouton fatal, de peur de déclencher pompier et SAMU, alors qu'elle aurait peut être simplement besoin d'être aidée pour se relever (mais pour des raisons juridiques, on ne veut pas prendre de risques, si tu tombes, c'est radio obligatoire)...

Bref...on me dira peut être que mes visions sont un peu pétainistes, genre intox révolution nationale qui préconisait de concilier solidarité et économie, OK, on peut toujours résister à tout, enfin, tu vas voir quand tu seras vieux, ton tour viendra....

 

Les commentaires sont fermés.