Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

09/09/2014

L'aide aux personnes agees ...un état d'esprit

Marisol Tourraine veut améliorer la condition des PA avec tout un ensemble de mesures pour encourager le maintien à domicile et les foyers du 3ème âge, ces maisons où vous louez un studuio plus ou moins grand avec un coin cuisine et une salle de bain, où vous pouvez amener vos meubles et où, on est censé mutualiser un certain nombre de services, comme des animations, des repas en restaurant, de la coiffure, etc...

Je connais bien le sujet, mon épouse ayant été dans les années 70 directrice de ce genre d'établissement à la Ville de Paris et ayant aujourd"hui ma mère dans ce type d'endroit, toujours à Paris.

Ce qui s'est amélioré :
En fait peu de choses, tout ce qui est proposé en 2014 existait déjà en 1975, si ce n'est la sécurité incendie probablement (cela reste à prouver), compte tenu de progrès techniques faits dans ce domaine. Il y a également des sols peut être moins glissants, davantage de barres d'appui, et des dispositifs automatiques genre lumière qui s'allume grâce à un capteur de présence dans les escaliers.

Ce qui s'est dégradé ou ce qui a disparu :

En fait, tout ce qui touche aux petits gestes humains du quotidien. Aujourd'hui, la directrice est une diplômée en économie sociale, hier c'était un profil infirmier. Du coup, la maison est probablement mieux gérée sur le plan financier, mais la responsable ne quitte guère son écran, rentabilité oblige, pour parler avec les pensionnaires, se tenir informé des petits bobos, des coups de blues, pour faire un pansement. Pire, lors des périodes de canicule, personne ne vient voir les pensionnaires, comme ma femme l'avait organisé en 1976, lors d'un été chaud. Aujourd"hui, on vous dit que les pesonnes doivent être autonomes et qu'il existe une pièce climatisée...sauf que comme les portes du dit local restent grande ouvertes et que la pièce est assez petite, personne n'y va...pire encore, les mémés (il y a toujours aussi peu d'hommes) n'osent pas dire à la direction aujoud'hui qu'elles sont souffrantes, ayant peur de se faire virer au profit d'une bien portante...

Quand quelqu'un, est un jour un peu malade et ne peut pas sortir pour aller faire une course par exemple, on vous renvoie à un service payant de proximité, où des gens souvent en situation très précaires, parlant souvent mal le français et peu motivés trainent les pieds pour aller faire la queue chez le boucher (quand ils ne refusent pas d'acheter une bouteille d'alcool)...hier, c'était un personnel permanent qui assurait ces petits services.

La nuit, si vous chutez, vous dsposez d'un bracelet que vous pouvez actionner et qui vous met en relation avec un centre d'assistance à distance, qui lui, ne peut pas se déplacer pour aller vous ramasser si vous êtes tombé et vous envoie les pompiers...hier, il y a avait un tableau de garde dans l'appartement de fonction des responsables qui la nuit, y compris le dimanche, allait en quelques minutes sur place...certes, ce n'était pas facile pour le conjoint, j'en sais quelque chose, j'en avais marre d'être réveillé par erreur la nuit ou de me lever pour aller aider mon épouse à intervenir...et puis, on ne disposait que d'un WE sur 2...aujourd"hui, il n'y a plus de garde après 18 h et le WE.

Je passe sur les cuisines qui ont disparues...avec tout ce que cela génère, comme manque de souplesse et d'adaptabilité à des appétits souvent peu réguliers...

Etc, etc...je ne sais pas si on peut revenir en arrière, et si cela est souhaitable, mais bon, comment on résoud ces questions qu'un technocrate n'aborde jamais dans ces rapports de préconisation....

Les commentaires sont fermés.