Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

02/10/2014

L'illusion allemande

 

DSC03143.jpg

J’étais en Allemagne pendant une semaine et j’avoue que, dès que l’on quitte les grandes villes, on sent que ça rame autant qu’en France, et que si les salaires des profs, par exemple, sont plus élevés que dans notre beau pays, il y a aussi beaucoup de gens sans qualification qui galèrent autant que chez nous avec des boulots précaires…car le problème est toujours le même, pour les allemands, les américains ou les français : que faire des gens peu qualifiés, qui seront de plus en plus remplacés par des machines…Marcel Fratzscher, une sorte de Picketty à l’allemande, vient de publier de l’autre côté du Rhin, « L’illusion allemande », un bouquin qui montre que les efforts sont tels en Allemagne, que paradoxalement, si les chiffres des exportations et de la dette sont meilleurs qu’en Europe, beaucoup de gens font beaucoup beaucoup de sacrifices et vivent plus que petitement, et que si l’investissement se fait à l’étranger, l’Allemagne est un des pays d’Europe qui investit le moins sur le plan domestique pour préserver les indicateurs...

 

 

http://cdn.static-economist.com/sites/default/files/imagecache/original-size/images/print-edition/20140927_EUC755.png

 

Il a des idées qui décoiffent en apparence, ce Fratzscher, comme par exemple : puisque l’Etat ne peut plus investir et que les ménages ont une épargne souvent importante, pourquoi ne pas encourager l’investissement privé, genre si j’ai bien compris, toi qui a un peu de pognon sur ton compte ou qui a une boite, pourquoi tu ne mettrais pas ce fric dans la construction d’un pont à côté de chez toi ou pour monter une garderie…en fait, il pose une bonne question : faut il que la communauté paie pour des services qu’elle n’utilise pas et ne faut il pas encourager au contraire, la responsabilité privé dans l’investissement collectif pour alléger un peu les restrictions imposées aux plus pauvres.

Ah, mon avis, ce Fratzscher, ce doit être un protestant, un de ses luthériens austères qui prône pour un capitalisme responsable (relire Weber). Mais si on poursuit son idée, ne risque t’on pas d’aller encore plus, vers une division de la société, où dans les territoires des plus riches, les capitaux privés sont plus importants que dans des territoires pauvres, car finalement, on voit bien déjà que dans les villes les plus défavorisées, les services collectifs sont souvent déjà bien à la peine…en fait, il faudrait plutôt que les plus riches investissent pour les plus pauvres dans des services dont ils ne jouiront pas....peu réaliste !
Dans un autre registre, Die Welt, le quotidien allemand de droite, qui lui a toujours les yeux sur les tableaux de bord de la seule performance, s'inquiète ce matin, en trouvant que la BCE en fait trop pour l'euro, qui ne cesse de perdre de sa valeur sur les marchés...là aussi, la tentation est grande de lâcher les pays du sud et donc, les économies un peu malades, comme chez nous....il n'y a pas de vérité et tout le monde semble un peu largué et tenté de lâcher les plus vulnérables pour sauver sa peau..

 

Pas simple tout ça, mais passionnant…en tous cas, cela prouve qu’il y a du boulot et qu’il faut bien se garder de croire à des solutions trop simplistes ou à des comparaisons trop hâtives…reste aussi qu’en France, à mon avis, on est encore bien trop pollué par des débats futiles (voir le temps passé sur le retour de Sarkozy) ou coincés avec des idéologies d’un autre temps (l’espérance socialiste et les déclarations délirantes du petit gros sur la transition écologique, où la France va devenir la vitrine du monde, pauvre type !!!! qu'on rattrape déjà notre retard sur les pays du nord, cela ne sera pas si mal)…au fait, le Handelsblatt, journal style Financial Times allemand, auquel collabore Fratzscher, a publié hier un article sur Moscovici, qui a passé son grand oral sans vraiment convanincre, et dont les droits en tant que commissaire européen, pourraient être largement mis sous surveillance, une règle spéciale venant d'être proposée pour notre socialiste pas vraiment bien vu outre Rhin, avec la nomination d'un "garde" à ses côtés....Die Welt rappelle par ailleurs ce matin, que les Verts européens ne le trouvent pas crédible, malgré ses airs espiègles et enjôleurs...je crois surtout que beaucoup d'européens ne veulent pas de cet "ami d'Hollande, ex ENA", qui dit une chose à l'UE et une autre quand il est en France !!! 

 

 

 

Les commentaires sont fermés.