Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

04/01/2015

L’éducation à la soumission

Hollande est loin d'être un imbécile, il a un cap et est en train d’installer dans ce pays un capitalisme d’Etat, duplicable en Europe continentale si possible (seuls les anglais et peut être les danois, sont lucides), un grand monopole, géré par une oligarchie faite d’hommes triés sur le volet, vivant très confortablement, où l'Administration s’occupe de tout ce qui est essentiel, met en place des projets, construit des ères de loisirs de masse (dite de culture), l’initiative privée étant de plus en plus détruite et réduite à minima…je voie là dedans un réel danger de mise en place d’un monde à la Orwell, où l’égalité sert de clé de voute à la construction de l’édifice. Hors, pour moi, la liberté n’est pas une valeur négociable.

C’est très malin, très pragmatique, très cynique, et l’éducation à la religion dite républicaine, est la pièce maitresse de cette stratégie: il faut donner l’illusion aux manants qu’ils sont libres, tout en s’arrangeant pour faire prospérer une élite de classe…

La formation aux arts est, à mon avis, un extraordinaire point d’entrée pour mieux comprendre le système (et puis, je ne connais pas trop mal)…il n’y a qu’à voir comment on l’enseigne aujourd’hui…c’est comme pour d’autres matières, on propose aux élèves de s’initier à  la peinture par la pédagogie de la découverte, sous prétexte qu’il ne faudrait pas brider un éventuel génie, avec comme référentiels les flous horizon peu bandants de Geneviève Asse et en support pédagogique les installations régressives et infantiles glanées par Annette Messager (compagne de Boltanski, un autre zozo de la culture du vide)…

Car pour saisir les clairs obscurs du Tintoret,  il faut aussi évoquer un peu la Bible (pas possible, ça, pour un prof de dessin, pour une multitudes de raisons).

 

éducation,politique peinture arts

Rembrandt le christ

 

Pour former des esprits libres, il faut enseigner Rembrandt le Hollandais, l’artiste surdoué mais maudit, le mennonite, une branche du protestantisme, le commerçant qui veut faire payer les riches très cher (et donc parler de la naissance du capitalisme, évoquer les théories économiques des origines, pas possible ça) et les soumettre à sa volonté artistique, dont les peintures reflètent sa vision assez sombre de l’homme…ou il faut parler de Rubens, son contemporain de Anvers, le catholique, le diplomate, qui veut porter un coup fatal au protestantisme par son adhésion sans faille à la Contre Réforme et sur embellit tout avec ses femmes nues….mais cela demande d’évoquer l'Histoire européenne, les guerres de religion, de faire du trans disciplinaire, pas possible en cours, ça, trop compliqué à mettre en place, et puis, on ne sait jamais, des fois que tu glisses du côté des théories de Jacques Ellul ou de l’anarchisme chrétien …pourtant tu crois vraiment qu’on peut découvrir tout seul  les techniques sophistiquées des glacis de Rembrandt, et le rôle des imprimaturas teintés de Rubens…

Si un prof voulait faire le malin (il y en a), on va vite le traiter d’élitiste et le ramener dans le droit chemin de l’égalité…non, si tu es enseignant dans un grand bazar parisien et que tu as comme élèves des enfants d’énarque PS, tu peux faire l’intello, au contraire, mais ailleurs, ne joue pas à cela, con, faut faire du ludique…il faut que tout le monde s’en sorte, intéresser toute la classe sans exception, accompagner les élèves et lutter contre le décrochage, il faut construire une mémoire collective, comme dirait Belkacem (lire le projet éducatif)…donc avec un nombre d’élèves qui est l’un des fort d’Europe, tu te cales sur la moyenne, con et tu ne te perds pas dans les détails… et puis, tu ne t’aventures pas sur les histoires de religion, surtout pas, même si c’est majeur pour comprendre notre continent,  sinon tu vas te faire claquer par les parents de Mohamed, qui sont amis avec le député…si la moyenne est basse, tant pis….la pédagogie diversifiée, le personnalisé ? pas de moyens, pas réaliste avec la faune multiculturelle des banlieues, pas le temps et puis, pas dans les valeurs …et ne me dites pas que c’est à cause de l’informatique qu’on n’en ait arrivé là, au contraire, on ne va pas assez loin, il faut développer du logiciel et pas seulement donner des tablettes….

Allez va voir Soulages, les nuances de noir, pas trop dur, quand on vit avec BFM ou les infos qui zappent toutes les trois secondes, c’est suffisant sinon, tu vas décrocher, con…et puis entre culture et intelligence, il y a tout un monde..

A force d’avoir répété qu’on ne pouvait rien faire de social en dehors du socialisme, les gens l’ont cru dur comme fer (pourtant, je pense qu'il serait temps de libérer l'éducation, arrêter de s'entêter à vouloir offrir - en apparence - la même chose à tous, avoir une offre privée où chacun choisit) , et  que l’enseignement initial était la norme, parce que c’était le seul moment de la vie où le cerveau était réceptif (il faut développer encore bien bien plus l'éducation tout au long de la vie)….alors, inch allah…on fait un peu moderne, mais pas trop...très années 80, comme dirait Duflot...

Ce que je reproche au socialisme, qui affiche des idées généreuses (qui ne pourrait pas y croire), c’est de ne pas avoir les moyens des promesses affichées (et probablement pas la volonté réelle, trop utopique), de toujours vouloir du coup tout uniformiser (tout le monde au SMIC, on baisse les  charges, tu vas voir le bordel avec la loi Macron, tu vas voir si c’est un progrès social), tout simplifier, tout tasser vers le bas (merde, il va falloir refaire un impôt car les charges ne rentrent plus dans les caisses, car toutes les embauches sont au SMIC) pour laisser une minorité tranquille d’hommes plus égaux que les autres, et de vouloir tout réglementer…

 Je m’arrête là, ayant fait de la com, je sais que j’ai déjà dépassé le quota assimilable en terme de concentration pour tout lecteur moyen…vas plutôt voir les vidéos d’un écrivain bien de gauche sur Rue 89, François BON, qui commente pendant une heure son trajet Paris Nancy qu’il a filmé avec son portable « l’usine est verte, il y a des voitures sur le parking, des camions qui rentrent et sortent, de la fumée dans le ciel » …ça c’est de l’écriture…. C’est coproduit par Arte…ca, c’est de la culture d’aujourd’hui, qui fait du bien au cœur des petites gens….Tiens, tu te souviens de Picasso, pas vraiment de droite, Picasso, qui n’en pouvait plus des niaiseries du peuple (tout en affirmant le contraire et en vendant très cher de la merde, vu que les gens ne comprenaient rien à son immense talent, et qui malheureusement, est devenu insupportable)

Ce qui est terrible aujourd’hui, ce que personne ne dit du mal de personne…dans toutes les expositions, il y a quelque chose. En tous cas, à quelque chose près, tout est valable…Tout est sur le même niveau. Pourquoi ? Sûrement pas parce que c’est vrai. Alors ? Parce qu’on ne pense plus. Ou parce qu’on n’ose pas le dire

Pablo Picasso


Paysage fer de François BON

 

Les commentaires sont fermés.