Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

27/01/2015

Du Transmedia Storytelling à la Théorie du Complot

Le Transmédia Storytelling, tu connais ? mais si con, t’es djeun ou pas, merde….l’université de Bordeaux Montaigne diffuse depuis trois semaines un cours gratuit en ligne, tu peux encore rattraper les wagons…

 

trans1.jpg

 

Alors, puisque je voies que tu clignes des yeux, que malgré ton petit sourire en coin, tu pédales un peu dans la choucroute en essayant de m’endormir avec tes beaux discours pour ne pas perdre la face, tentant vainement de te souvenir de ton anglais première langue qui commence à dater, je vais t’aider…le transmedia storytelling, c’est « une méthode de développement d'œuvres de fiction ou documentaires, et de produits de divertissement, qui se caractérise par l'utilisation combinée de plusieurs médias pour développer des univers narratifs, chaque média employé développant un contenu différent » et ne va pas me confondre cela avec le cross média, con, qui lui consiste seulement à développer le MEME contenu sur plusieurs médias, genre pub TV qu’on retrouve aussi sur le web…c’est clair ? Non, je te sens un peu perdu, pas grave, lis la suite, tu reviendras après sur le début du texte ou tu demanderas à Google, l’ami sincère…putain, t’en as perdu vachement des cellules à force de regarder Drucker et la belle Elizabeth Quin (avec un Z Môsieur) sur Arte le soir avant de prendre ta tisane…

 

trans2.jpg

 

Le cours est très intello nouvelle formule, avec le langage bien hermétique d’origine branchée qui va avec le pullover gris souris…on y cause de device, de narration augmentée, de branding, de « Rabbit Hole » (point d’entrée d’une histoire, mais en français ça fait plouc), d’univers fictionnel multi supports pour te vendre des « Lu »  au chocolat (parce que, à quarante ans,  tu grignotes encore à quatre heures, tu es resté très gamin  surtout si tu es prof ou chercheur dans le public) et de ludique, bien sûr, apprendre en s’amusant, le must, pédagogie french touch, tu t’éclates avec ton joy stick pour piger toute la Recherche de Proust en cinq minutes (Game over si t’es un peu lent du processeur)…ah, ces profs new look, qui vantent les mérites de la publicité qui sponsorise des contenus culturels, au genre geek designé à la Steve Job, ils n’ont plus grand-chose à voir avec les petits barbus écharpe rouge qui manifestaient pour l'écologie et votaient communiste… ces mecs là essaient même de te convaincre qu’une BD est plus interactive qu’une appli de ta tablette de sénior achetée à la Camif, parce qu’entre deux cases d’un comics strip (putain, une BD de presse, mec, il faut tout te dire), le lecteur fait marcher son imaginaire pour combler l’ellipse de l’auteur, qui passe d’une case où tu voies un tueur à la suivante où il y a un mort par terre (comment l’a-t-il tué, eh, that is the question, ça mérite un doctorat à l’université, tu verrais les thèses, bonhomme, c’est autre chose qu’un boulot de biologiste pendant dix ans sur les maladies systèmiques, par ici les subventions pour payer les études du thésard, bordel)…et enseigner la BD, c'est quand même plus cool que de d'être médecin généraliste, avec des horaires à dormir debout...

La grande question, quand on mélange fiction et réalité, comme dans la campagne ONLY LYON, qui essaie de te faire croire que l'origine de la cuisine gastronomique lyonnaise vient d'une cuillère en bois, façon Harry Potter, c'est que ça finit par rendre taré l'auditoire, vu qu'à force de revisiter tout et n'importe quoi, les gamins croient que Louis XIV est un avatar, n'ayant jamais existé... faut donc pas se demander pourquoi les ados pensent que la tuerie Charlie hebdo est une fiction écrite par la CIA...eh Hollande, suis le MOOC, tu vas comprendre que l'Université a beaucoup changé depuis ta jeunesse et que la Sorbonne est en train d'être dépassée par le festival d'Angoulême...

 

Comment on en est arrivé là ? C’est bien la question, parce que ces petits cons qui se la pétent avec leur marketing ciblé, leur manière de te prendre pour un vieux schnock ringard en causant codage 1080P pour te rappeler que tu as fait  mécanique auto en terminale, leur passion pour la publicité on demand (je ne te traduis pas, tu cherches merde), bref, tout ce qui vient du libéralisme le plus pur, ils sont capables de voter Gauche Radicale, sous prétexte qu’ils ne sont pas assez payés et qu’ils ne sont pas assez reconnus pour leur savoir universitaire…

Putain, sers-moi un calva poupée, je n’en peux plus de ce monde déglingué, la France a vraiment perdu la tête...

Les commentaires sont fermés.