Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

08/02/2015

L'allemagne tressaille...

csm_IMG_3091_web_01_1c1683ae06.jpg

 

Abattoir 5 (Schlachthof 5 en allemand) est une exposition qui vient de débuter à Dresde, pour commémorer les 70 ans du bombardement au phosphore par les anglo-américains en février 45, faisant 20 000 victimes essentiellement civiles et détruisant en grande partie le cœur historique de cette magnifique cité à l’architecture baroque (la Florence de l'Elbe). Il faut dire que c’est un sujet qui fait polémique et bataille d’historiens, les allemands ayant été jusqu’à parler de 300 000 victimes innocentes…

 Abattoir 5, est aussi et surtout, le nom d’un livre, écrit par un américain en 1969, qui a critiqué son pays pour l’absurdité tragique de la guerre, vu qu’il était un militaire prisonnier à Dresde, ayant survécu, car il était enfermé à l’extérieur de la ville, dans un abattoir. Le livre, jugé un peu maladroit, qui tient de la science fiction pour prendre de la distance avec le tragique de l’événement, a donné également un film, qui a obtenu en 1972, le prix du Jury à Cannes…on a tout oublié, cette année là, il y avait aussi Pialat, Rosi, Tarkovski, Vautier….

 Si j’observe un peu à la loupe Dresde, c’est que cette ville qui a aussi été l’endroit d’où est partie la contestation de la politique pro soviétique à la fin des années 80, est actuellement beaucoup secouée, comme sa petite sœur Leipzig, par des manifestations Pegida / Legida, mais aussi par des contre manifestations anti nazis…je suis sûr que vont émerger de nouveaux leaders, dans une Allemagne très bousculée actuellement par des remous venus de l’intérieur. «Il n’y a absolument aucune raison de baisser la garde», a dit Mme Roth, Vice Présidente du Bunderstag de tendance Vert, car selon elle «racisme, islamophobie, sentiment anti-tzigane et homophobie font leur entrée dans les salons» en Allemagne (source Le Temps de Genève)

 

grece,politique etat,europe

 Par ailleurs, je continue à suivre Yanis Varoufakis, le ministre viril grec des finances au crane rasé, qui a beaucoup marqué l’opinion germanique, en particulier les femmes allemandes, malgré leur désaccord avec sa ligne politique (comme moi d’ailleurs, je ne le suis pas sur de nombreuses choses et sur ses douteuses alliances), sentant bien l'humiliation que fait vivre leur pays à la Grèce…Yanis continue de faire couler de l’encre dans la presse outre Rhin, sensible à une forme de courage et de parler vrai du bonhomme, qui tranche avec l’hypocrisie et les petites stratégies de cour de nos hommes politiques européens, dont Hollande, en France, mais aussi la plupart des dirigeants un peu partout à Bruxelles et dans les grands pays de la Vieille Europe, sont de merveilleux spécimens du genre. On pourrait ajouter l’Amérique, Amérique qui s’obstine  à justifier le bien fondé des ses bombardements sur Dresde, ce qui n’était peut être pas le moment…

 Yanis, qui rappelons le (sa fiche wikipédia en Français est un peu courte), va avoir 55 ans... il est diplômé en mathématique et en économétrie, il a fait ses études à Athènes, mais aussi en GB (pas toujours très sérieusement, d’après la presse anglaise) à l’université  d’Essex, il a enseigné à l’université de Sydney, a été chercheur à Cambridge et a travaillé comme consultant en théorie du jeu, pour Valve, une boite de jeux électroniques…il parle anglais couramment, a beaucoup voyagé, s’est intéressé aux 7 murs qui séparent les populations sur notre planète (Palestine, Cachemire, Kosovo,  Mexique…) et son blog, qui est un appel à une autre forme de politique, plus vraie et plus réaliste, est en anglais. Il incarne donc un tout autre type d’homme, que nos énarques qui n’ont pas souvent été beaucoup plus loin que la Rive gauche, la poussiéreuse Cour des Comptes, Neuilly, les marchés de Tulle et les Hauts de Mougins....tu m'étonnes qu'il n'a beaucoup de charisme le Charlie 1er et que sa voix a du mal à porter, compare le parcours, malgré leurs sept petites années d'écart...

 J’évoque donc Dresde et Vafourakis, car je suis sûr, et c’est ma note d’optimisme du jour, que va émerger prochainement un peu partout, une nouvelle classe politique, plus mondialisée dans son parcours et ses études, moins langue de bois, moins tournée vers sa communication parce que davantage marquée par des remous de l’histoire, très branchée numérique, et qui sera, j’espère plus courageuse que celle que nous connaissons…j'ai du mal à croire que cela viendra de la France, trop enfoncée dans ses références au passé, y compris l'humour Charlie hebdo, incompris par 95 % de la planète (et peut être notre jeunesse), une France endormie par Hollande et Juppé (son cousin, au fond, aussi vieux crouton de l'ENA)... mais ne faisons pas d’angélisme, pas le genre de la maison, mais bon, essayons d’y croire, c’est peut être, notre dernière chance pour échapper à un chaos global…

 

grece,politique etat,europe

 

Image de l'exposition Abattoir 5 à Dresde

Livre de Yanis The Global Minotaurus

Couverture Der Spiegel sur ce que faire de l'argent ?

 

Les commentaires sont fermés.