Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

23/02/2015

Femme de ministre

 

2,w=650,c=0_bild.jpg

Danae Stratou est une artiste grecque, femme de l’inclassable Yanis Varoufakis, le ministre grec  des Finances qui déchaine la presse allemande…ce WE encore, le Frankfurter se demandait si Varoufakis n’était pas plutôt spin doctor que financier, tant ses manières de communiquer décoiffent, interrogent, agacent (en particulier, ses nombreuses contradictions et sa manière un peu méprisante de noyer le poisson), provoquent, genre W. Schaüble (ministre allemand des finances, appartenant à la vieille garde de Kohl, déchu jadis pour une affaire de caisses noires du CDU*)…n’oublions pas que Yanis a déclaré aux médias allemands qu’il trouvait, qu’à part C. Lagarde qu’il semble apprécier, « les hommes politiques européens n’avaient pas grand-chose dans la tête »…

 Дыхание_пустыни_01.jpg

Mais revenons à Danae, la seconde épouse de Yanis, à laquelle Die Welt consacre ce matin un article…fille de bonne famille, comme son truculent époux, elle mène une assez brillante carrière d’artiste internationale, avec des installations de brouillard et d’eau, s’étant fait connaitre avec Désert Breath (spirales de sable imbriquées dans le désert égyptien), des vidéos reprenant les thèmes chers à son mari (écologie, les murs de la honte du monde, la révolution numérique), des sculptures et des photographies.

 

Ce qui passionne les allemands (et pratiquement personne dans la presse française), chez Varoufakis et sa compagne, c’est ce décalage avec la plupart de nos vieux briscards de la politique, sur lequel le couple joue beaucoup : passion pour les questions liées à la planète, vie et études à l’étranger, lifestyle, comportement face à la presse, questionnements sur l’avenir, etc…

politique etat,grèce

 

Sûr qu’ils sont une autre allure et un autre background que nos Hollande / Sarkozy (encore que Nicolas progresse, entre Carla et ses conférences autour du monde, mais il part de loin le titi), c’est aussi cela l’Europe, des manières de faire, de l’Histoire, des manières de penser, qui doivent nous interroger et nous remettre en question…dommage, car j’ai souvent l’impression qu’on est assez fermé et peu ouvert à nos voisins, il suffit de lire les grandes titres des médias français et de les comparer aux équivalents anglais ou allemands pour s’en rendre compte…ah, cette vieille France…ah, cette vieille gauche à la Mélenchon / Filoche / Besancenot, qui sent bon la grande gueule franchouillarde et les réunions de quartier aux allures sectaires d’un autre temps... car ne comparons pas nos gauchos avec Varoufakis, comme semble le faire cet autre vieux pot de Schneidermann (arrêt sur image), notre vieille troîka de la vraie gauche un peu poussive et rouillée, elle empeste quand même beaucoup la naphtaline, non, et si elle ne décolle pas, ce n'est pas seulement pour des questions de caractère...

* je recommande la lecture du Vanity Fair de mars, qui consacre un long article à Merkel, qui a, elle aussi, eu beaucoup à souffrir (et souffre encore) des machos de la politique qui la surnomment Mutti (maman), comme Schaüble et Kohl, qui la prenait vraiment pour une petite fille de l'est sans allure et sans avenir (après le chute du mur, il fallait prendre dans les partis des gens de l'est pour montrer une ouverture, en caressant l'espoir que c'était juste pour faire potiche).

Les commentaires sont fermés.