Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

26/02/2015

La gueule de bois

Raphaël Glucksmann n’en peut plus…pour lui, sa génération a la gueule de bois : les idées du FN sont largement majoritaires en France, Zemmour se vend comme des petits pains, l’Europe ne fait plus rêver,  l’esprit du 11 janvier est déjà mort…les mecs de 68, dont je fais parti, auraient-ils tout renié, tout laissé partir à vau l’eau ???

Oh, oh, oh, bonhomme, pas si vite…pour moi, le problème ne se situe pas là….revenons à la Grèce, oui, c’est obsessionnel chez moi depuis un mois, car ce qui se déroule sous nos yeux serait tellement à méditer et risque tellement de se propager…le problème se situe, pour moi, entre d’un côté, ce que je vais appeler peut être à tord, un certain type d’intellectuels branché mondialisation, qui porte le libéralisme et le reste de la société, qui ne suit pas…

Arte a diffusé avant-hier à 22H30,  un documentaire  sur l’ex Troïka, qui montrait bien l’opposition qu’il y a entre les peuples et ce que je vais appeler des consultants (peu importe, s’ils appartiennent au FMI, à la BCE ou à l’UE), c'est-à-dire, des gens (dont je comprends assez bien le discours, pour avoir appartenu quelque part au même monde qu’eux) qui ne sont pas élus, mais qui sont des technocrates, généralement bardés de diplômes et qui, face à leurs écrans et à leurs logiciels de plus en plus perfectionnés, délivrent du conseil, de manière plus ou moins autoritaire (la brillance est une forme d’autocratie) aux politiques de droite ou de gauche….ils ne sont pas mauvais ces gens là, la caricature est facile, simplement ils visualisent sur leurs courbes  l’évolution du monde, ils mesurent les déficits, ils anticipent des crises, et tentent, à travers des scénarios difficilement contestables, parce que très argumentés, de convaincre les décideurs qu’il faut vite réformer les états, s’il le faut sacrifier des droits acquis, et qu’il faut minimiser le rôle des Services Publics, trop lents, trop bureaucratiques, trop couteux, peu rentables, etc, afin d’essayer de rester dans la course Globale, qui est sans pitié…
La Grèce est en Europe le premier maillon faible du système, suivi d'assez près par le Portugal, l'Espagne, l'Italie, l'Irlande, la France, et quelque part, à Washington ou à Bruxelles, on pense probablement que tant pis, au point où on est, il n’y a pas d’autres solutions possibles que de réduire les prestations sociales, les allocations, les aides, etc, voire à la limite faire Grexit, comme disent les allemands, laisser filer…car on se dit sûrement qu’il faut sacrifier certaines branches pour sauver ce qui pourrait être encore sauvé….une stratégie genre Titanic, il n’y pas assez de canots de sauvetage pour tout le monde, ben tant pis, pour les 3èmes classes, on les laisse enfermés dans leurs cabines, sinon, tout le monde risque de se battre et d’y passer…

Le peuple se débat, comme il peut, il ne veut plus de ces calculs de cols blancs et même s’il y a Varoufakis qui produit de brillantes analyses, il reste une sorte de révolutionnaire bourgeois (peu de gens ont son background),et la pensée cynique passe en force…car  côté peuple, on a beau avoir du cœur, on a beau tenter de culpabiliser les riches, on a  beau descendre dans le rue pour dire qu’on est tous des Charlie, tous Pomedos ou tous des Syrizas, on n’a pas grand-chose à proposer pour faire face aux défis du monde…

Je vais souvent dans le nord de la France, qui pour moi, est une forme de Grèce. On a beau faire des articles chaque jour dans le journal local (on trouve de moins en moins la presse dite parisienne chez les marchands de journaux, qui en parlent avec un certain mépris) pour mettre en valeur telle ou telle action solidaire ou alternative, pour essayer de montrer qu’on résiste, on ne sait pas soigner des gens précaires qui ont en moyenne l’espérance de vie la plus faible de France, on ne sait pas quoi faire de sa jeunesse, on ne sait pas rénover, sans aide nationale ou européenne …et pourtant, on les accuse de tous les maux, l’Europe et les parisiens, mais on est content de toucher les centaines de millions de subvention (qu’on trouve toujours insuffisantes)…Il est FN mon discours, t’es sûr ?

Bien sûr que les plus forts profitent de la situation, bien sûr que les riches s’enrichissent toujours de plus en plus, bien sûr que Varoufakis dit des choses justes, bien sûr que les élites ont fait des conneries, genre euro et que tout est plombé, mais face à un peuple largué, intellectuellement complètement paumé, qui est resté en arrière souvent par choix, on fait quoi, on va tous à la baille, on crève tous en chantant l’Ave Maria….et bien sûr que le peuple, il est tenté par la Grande Blonde qui ne fera qu’empirer les choses, mais le fossé est tellement important intellectuellement entre un mec du FMI et, par exemple, un chômeur en fin de droit sans aucune véritable compétence, entre Mister Trader et le p'tit quinquin, que je voudrai bien qu’il me dise ce qu’il faut faire Monsieur Glucksmann Fils et comment il se soigne de sa gueule de bois….je voudrai qu'il me dise comment il va calmer le peuple allemand, qui ne croie majoritairement plus au sauvetage de la Grèce et qui est à deux doigt d'envoyer les Syrizas danser tout seul le sirtaki....je voudrai bien qu’il me dise comment on fait courir à égalité des éclopés et des supermans sur entraînés et qu’il ne me dise pas, qu’on avait qu’à mettre des dizaines de kilos de lests dans le dos des athlètes pour les ralentir, car cela ne tient pas la route longtemps…

Les commentaires sont fermés.