Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

21/04/2015

Un festival de Cannes de plus en plus couleur locale

Dans trois semaines débute le Festival de Cannes…un festival que je trouve de plus en plus teinté sauce franchouillarde…

On est loin des films dérangeants de Godard et de la palme de Kusturica, par exemple…certes, le Vanity Fair livre un portrait peu élogieux du réalisateur serbe  ce mois-ci dans son dernier numéro…le bonhomme aurait des idées politiques plus très en phase avec le politiquement correct (voir sa défense de Milosevic, ses prises de positions très anti capitalistes, voire anti musulmannes) et puis, il préférerait faire  de la musique entre deux crises toujours un peu violentes et s’occuper de ses villages au financement étrangement proche du pouvoir politique local (Kustendorf et Andricgrad)…

On est loin également des films tordus un peu trop pornos de Lars Von Trier, depuis que ce dernier a balancé un truc sur les nazis qui est mal passé sur la Croisette, on évite le scandinave…dans le Guardian ce jour, le metteur en scène danois avoue qu’il s’est remis à boire, les médicaments et l’alcool étant pour lui indispensables pour sa créativité….le personnage est trop insaisissable et sa ligne éditoriale est trop floue, pas bon…

Donc à Cannes, visiblement, on évitera les gens peu canalisables,  trop éloignés de la pensée "je suis Charlie" (qui pourtant devrait faire la part belle à toutes les opinions)...on préférera les réalisateurs de social dans la ligne du parti…on commencera en hors d'œuvre, avec la Tête Haute, pour donner le ton, un film bien de chez nous, tourné dans le Pas de Calais, avec j’imagine un flot de bons sentiments autour de la délinquance, des pauvr's cht'ites gens avec l'éduc dévoué et le juge des enfants qui va bien…c'est Cayatte 2.0 ou quoi...

On aura droit aussi à Jacques Audiard, avec une histoire d’ancien tamoule devenu gardien dans une cité, bien ça pour unir le peuple déchiré tendance raciste….on verra aussi en compétition le brave Lindon qui va s'y coller pour nous émouvoir et nous révolter avec un ouvrier au chômage obligé de devenir vigile…ah, c'est dur de gagner sa vie proprement quand on a que des gros bras...excellent pour montrer à l'électorat du FN qu'on les comprend...

Bien sûr, pour faire culturel, on aura de grands classiques de la littérature revisités, histoire de séduire les intellos…

Eh oui, le socialisme à la française, ça s’installe aussi par le cinéma…j’ai l’impression de retrouver mes cours sur le cinéma soviétique des débuts, quand on utilisait ce média pour éduquer les masses avec des grands films sur la révolution et à la gloire du communisme…tu vas me dire, combien de fois les américains ont ils distillé dans leurs scénarios les valeurs de courage, de patriotisme et de franche camaraderie, genre The Snipper...

Je dois terriblement vieillir, car Cannes ne me fait plus rêver...entre les bobos gauchos qui pataugent dans le champagne autour du plateau de Canal +, et la doctrine sur les écrans afin d'aider Hollande à repasser en 2017, je me sens de moins en moins attiré par ce genre de manifestations...

Les commentaires sont fermés.