Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

13/07/2015

La victoire de la fuite en avant

 C'est la victoire de la fuite en avant ...Hollande, qui sait que les peuples ne retiennent que les gros titres, ne doit pas être mécontent, le plus important étant que les mots Accord, Hollande, Sauvetage soient accolées en front line des news....c'est pour lui une victoire suffisante pour assurer son avenir...après, ben après, on verra...laissons le temps au temps, comme disait Tonton, l'un de ses maîtres...

 Pourtant, tout cela n'est pas très glorieux...Imagine Mélenchon Premier Ministre, avec Nathalie Arthaud, Ministre des Finances, soumis à la forte pression de tous les représentants de l'Europe, du FMI, de la BCE et à qui, après des heures de fatigue, de menaces et d'humiliations, on finisse par faire signer un papier instituant la retraite à 67 ans, un programme de privatisations et un relèvement du taux de TVA, autant de mesures avec lesquelles, ils n'ont jamais été d'accord...imagine la Grèce demain, avec des manifestations anti capitaliste et anti austérité qui vont reprendre de plus belle...tu penses sincèrement que le pays va se redresser, alors que le chaos rode partout...il va falloir des décennies comme le disent des anonymes des rues d'Athénes pour revoir le jour et encore beaucoup de douleurs, de morts par manque de médicaments et de soins, de pauvreté et de drames, avant de respirer un peu...

 Mais Hollande, en grand pervers cynique qu'il est, a joué l'Hstoire...l'Histoire, c'est l'image de l'Allemagne, qui a plutôt un langage de raison dans cette tragique mascarade, mais qui porte le lourd fardeau de son passé nazi...Hollande sait que c'est plutôt Schauble et Merkel que lui, qui seront vus par le plus grand nombre d'européns, comme des horribles fondamentalistes nazillons, et il leur laisse volontiers l'organisation de la mise sous tutelle des mauvais élèves grecs.(ils sont tombés dans le piège de l'image de l'opresseur, ces cons, doit il penser tout bas)..Hollande, il a pour lui, l'image de la Résistance, du pays de la Révolution, et du coup, même sans rien dire, il sait que c'est bien vu sur le plan comm...certes, il porte aussi l'Histoire qui a amené en grande partie les grecs où ils en sont (la France porte la plus grande part de responsabilité dans la création de l'euro, et dans l'adhésion de la Grèce à cette monnaie), mais peu importe, il balaie le passé en répétant qu'il faut maintenant être réaliste, il en appelle au courage, et il joue la fuite en avant...donner de l'argent aux grecs, c'est jeter du fric dans un puits sans fonds, comme le disent es allemands qui veulent des réformes d'abord et des résultats, mais pour le Socialiste, c'est l'Unité qui compte, la Cohésion, la Solidarité et Hollande sait que les 55 % de français qui ne paient pas d'impôts ne seront jamais impactés par des majorations pour régler la facture de prêts supplémentaires...il suffira de le dire très fort au journal de France 2 à Pujadas, qui hochera la tête avec son petit sourire habituel, en répétant bien fort pour que cela soit mémorisé par les foules, que la France ne paiera pas pour les grecs...

 Les vrais problèmes, on s'en fout dans cette manière de faire de la politique, ce qui compte, ce sont les valeurs, car ce sont les valeurs qui touchent la corde sensible des gens, assommés et manipulés par la communcation...voilà ce qu'il faut retenir de cette triste comédie, au contenu bien trop sulfureux et aux idées bien trop contraire à la pensée dominante, pour être joués à Avignon...

 

Les commentaires sont fermés.