Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

18/10/2015

Quand des chrétiens traitent d'autres chrétiens de malades et de barbares

Aujourd’hui ont eu lieu le début des complexes élections du Parlement et du Conseil Fédéral qui dirige la Suisse…l’UDC (voir le site en français) et le PLR, des libéraux, voire même des ultra libéraux,  sortent visiblement grands gagnants au détriment de la gauche et des Verts, ayant axé leur campagne beaucoup autour de la limitation de l’immigration, en s’appuyant  sur la crise des réfugiés en Allemagne…Il faut rappeler que l’UDC a mobilisé sa base il y a quelques mois contre la burqa, contre la réforme de l’asile, pour la primauté du droit national.

L’UDC et son leader Christoph Blocher, fils de pasteur ayant soutenu l’apartheid en Afrique du Sud, qui pourrait dépasser 30% des voix sur le plan national, est considéré par un chroniqueur allemand proche du SPD, comme un agglomérat de « malades mentaux » appartenant à « un pays de nains catatoniques ».

Ce qui est nouveau, c’est que ce parti tire la jeunesse avec lui, mobilisant ses nouveaux  électeurs autour des valeurs nationalistes et réactionnaires.

Ce beau monde se réclame bien sûr de la défense des valeurs chrétiennes, tout comme le FPO autrichien (Parti Conservateur Libéral défendant les valeurs chrétiennes de l’Europe) leader dans le pays, ou plusieurs mouvements nationalistes catholiques de plus en plus influents à l’est et particulièrement en Pologne, où les conflits sont de plus fréquents à la sortie des Eglises, entre opposés aux envahisseurs musulmans et partisans de l’ouverture.

Inversement, en France, ce matin, dans les émissions catholiques du dimanche sur France Culture, un prédicateur qualifie de barbares ces gens qui refusent l’autre, l’étranger et qui ont peur des immigrés…

Curieuse scission qui me rappelle la Guerre d’Espagne, entre une ligne catholique dure, qu’on classe en général proche de l’extrême droite et des catholiques, qui comme le Pape, souhaitent l’accueil sans retenue des individus en difficultés et particulièrement des réfugiés…

Qui a raison ? Sincèrement, je pense que ce n’est pas si simple que l’affirment les belles personnes et les biens pensants proches de la gauche, qui ont une fâcheuse tendance à considérer la ligne dure comme des sous développés ou des fous furieux, comme évoqué ci-dessus, considérant que la politique de la main tendue est toujours une grande et noble cause...

Va voir les bénévoles qui ne savent plus où donner de la tête en Bavière, écoute la Police qui est au bord du burn-out dans les camps de rétention où les bagarres se multiplient, regarde plus près de nous à quoi ressemble la jungle de Calais avec ses 6 000 pauvres bougres qui pataugent dans la boue et dans l’insalubrité la plus sordide…et modère tes jugements et revisite tes sermons, car la radicalisation méprisante n’a jamais rien porté  de bon, au contraire, elle fait monter la sauce, d’un bord comme de l’autre.

On ne s’en sortira (pas sûr), à mon avis, que si on peut arriver à dépasser nos passions en étant un peu calme sur le sujet et en essayant d’être à la fois réaliste et essayant de laisser de côté les positions dogmatiques ou un peu trop facilement considérées comme humanistes…c'est à mon avis, la seule manière de limiter une forte progression de la droite la plus dure partout en Europe...

Les commentaires sont fermés.