Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

17/10/2015

La montée de l'extrème droite

 

 

merkel_erdogan_web-thumb-large.jpg

C’est la panique un peu partout en Europe, car l’extrême droite progresse en France bien sûr, avec une région nord fortement en danger, mais aussi en Autriche où il domine déjà le pays, en Allemagne, en Suisse, etc…
C’est toujours à peu près le même scénario : les populations les plus défavorisées se sentent (et sont) abandonnées à leur triste sort et il est facile pour des tribuns d’accuser en priorité l’immigration qu’une Merkel épuisée n’arrive pas à réguler, mettant en avant les queues de migrants aux frontières, avec le premier Hotspot, à peine ouvert, débordé en Grèce, avec des dirigeants à Bruxelles se demandant s’il ne faut pas intégrer en urgence la Turquie à l’UE et des rumeurs de plus en plus persistantes (et fondées) d’augmentation massive d’impôts en Allemagne pour payer l’intégration des réfugiés (je passe sur les analyses de plus en plus alarmistes évoquant une régression brutale de l’économie allemande pour financer une insertion d’immigrés pour laquelle nos voisins ne sont pas beaucoup préparés tant sur le plan législatif que sur le plan éducatif ou en matière d’habitat, de sécurité, de santé)….

 « On vous l’avait bien dit qu’on allait se faire envahir»…l’argument est facile mais il fait mouche partout…et Hollande, Valls ou les autres, tout comme à droite, peuvent courir dans tous les sens, le train est en marche, sans qu’on arrive vraiment à l’arrêter et pour cause…

 Qui a tord ? Les élites ? Oui, par leur manque de lucidité et par leur impuissance à faire bouger une masse qui sent qu’elle est condamnée, à qui elle n'a jamais dit vraiment la vérité pour se faire élire, et qui elle, porte une certaine forme de responsabilité, un peu comme une classe où la majorité aurait décidé de ne plus suivre les cours, condamnant l’ensemble des élèves au chahut et à l’échec…car dans un monde où la guerre intellectuelle est déclarée depuis un bon vingt ans, l’avenir est de plus en plus noir, pour celui qui refuse la mondialisation et ne sait pas s’adapter à la révolution numérique qui accélère chaque jour un peu plus la fracture…

 Car on en est bien là…si ton QI (pour faire simple) n’est pas suffisant ou si tu ne possède pas de solides compétences manuelles que tu sais monnayer, c’est terminé pour toi, no future, à moins que, formant un troupeau de plus en plus important, tirant avec lui une jeunesse qui ne trouve pas sa place (même quand elle est diplômée, en particulier en psychologie, sociologie, philosophie, histoire, art où l’offre est largement supérieure à la demande), tout ce beau monde fasse la révolution pour élire un dictateur quelconque…pour un petit meilleur et un grand pire !!!

Image : Erdogan et Merkel

 

Les commentaires sont fermés.