Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

22/11/2015

Allemagne France : le couple infernal

mamnpapa.jpg

Deux politiques s’opposent, deux sexes également….d’un côté, Angela Merkel, qui fête ses dix ans de pouvoir, qui peut se satisfaire de ses résultats, comme le chômage*, avec une côte de popularité qui tourne toujours autour de 50 % malgré son inflexion dernière, impressionnante par ses initiatives en matière de négociation internationale et affichant un palmarès non négligeable de réformes dans son pays…c’est aussi une femme pragmatique qui affirme une vision**, un cap, même si les allemands ont parfois du mal à la situer.

De l’autre, Hollande, qui finalement ressemble de plus en plus à Sarkozy : pas de bons résultats sur le plan du chômage, peu de vraies réformes, côte de popularité basse, même si la « guerre » semble jouer en sa faveur, en semblant faire oublier le reste.

 Mais c’est aussi deux caractères très différents…l’une a une haute conception de la politique, se voulant humaniste, forte, ouverte, résistante aux critiques internes jusqu’à en paraître mégalo, alors que l’autre est guerrier, opportuniste, affichant une ligne qui suit l’opinion, souvent peu lisible et mal comprise par les français…

D’un côté donc, une femme, la mère (Mutti), fille de pasteur, élevée dans un territoire communiste, qui n’hésite pas à parler d’amour, de religion et de compassion dans ses interventions, privilégiant l’action, portant visiblement difficilement sur ses épaules la culpabilité de l’Histoire, faisant peu parler de sa vie personnelle (peu de requêtes Google sur son nom par rapport aux autres leaders européens), presque antimilitariste genre Peace and Love (priorisant la  neutralité pacifique à l’action militaire et encourageant l’intervention humanitaire) et de l’autre, un homme qui aime jouer le temps, qui  veut apparaitre viril, coureurs de femmes, calculateur et rusé, conquérant, belliqueux et affirmant son leadership dans le combat militaire…

Mais l’Histoire est plus complexe ; les bonnes intentions ne suffisent pas (Gorbatchev fut détesté dans son pays lors de la chute du mur), et comme le rapportait Urlich Claus dans Die Welt ce matin, l’inaction est parfois préférable à l’action aventureuse …

Comment surtout parler d’une une voix commune en Europe avec ce drôle de couple Mutti et Charlemagne (surnom donné par les anglais à Hollande), où deux politiques à haut risque s’affrontent et s’opposent pour l’instant :

- en Allemagne, des afflux incontrôlables de migrants, avec des services de sécurité débordés selon tous les intervenants  et risquant de plomber lourdement l’avenir sur le plan économique…

- en France, la guerre, une stratégie qui renforce le pouvoir de communication de Daech, alors que de nombreux politiciens à Bruxelles préféreraient ne pas se mêler des conflits entre sunnites et chiites dans le monde.

Deux destins mêlés que nous serons bien obligés de suivre, quoi qu’il arrive, où des égos en Allemagne comme en France, ont pris des décisions sans suivre la voie démocratique……

"La conclusion est inévitable: les institutions de l'UE ne sont pas adaptées aux besoins et sa conception de la démocratie est une imposture" The Sunday Telegraph de ce jour.

* Il est passé de 11,3% à 6% pour les femmes et de 10,6% à 6,1% pour les hommes sous son régne.

** à propos de l’immigration, elle affirme malgré les critiques, y compris dans son camp : « on peut le faire », martelant que l’Allemagne est riche et qu’elle doit partager ses richesses…

Les commentaires sont fermés.