Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

17/12/2015

Questions à propos des mouvements migratoires

Je me pose des drôles de questions à propos des mouvements migratoires...Un article d'un journaliste allemand est à l'origine des mes interrogations. Ce journaliste, en effet, se demande pourquoi les populations syriennes, iraquiennes ou autres, choisissent plutôt de partir à l'aventure en Europe que dans un des 57 états qui forment l'OCI (Organisation de Coopération Islamique, dont l'objectif est la coopération justement entre états), sachant qu'il y a bien plus de place pour les accueillir (6,5 fois plus d'après le journalistes), qu'en pourcentage 10 millions de réfugiés ne représenteraient que 0,65 % de leur populations (pour 20 % de la population active allemande), que la religion et la culture sont plus proches, et que certains de ses pays (les producteurs de pétrole) sont bien plus riches que l'Allemagne...Le journaliste souligne par exemple, que seulement 20 % des 100 000 baraques de réfugiés sont occupées en Jordanie.. Dans le même esprit, on peut se demander pourquoi si peu de chômeurs vont des pays du sud de l'Europe (dont la France) vers l'Allemagne, par exemple et pourquoi moins d'efforts sont faits par les allemands pour accueillir d'autres européens..il me semble plus facile d'intégrer un jeune français qu'un érythréen qui parle un dialecte quasi inconnu, ou qu'un jeune syrien, dont la scolarité a été perturbée par la guerre et qui porte des traces psychologiques des violences vécues, qu'on ne sait pas encore évaluer...sans oublier que les réfugiés sont essentiellement des hommes. On va me dire que c'est parce que l'Allemagne a besoin de main d'oeuvre pour combler son déficit d'enfants ...sauf que l'argument ne tient pas longtemps la route, compte tenu de l'évolution du marché de l'emploi, où il faudra de plus en plus de compétences pointues pour trouver un job, sachant que rien ne dit que les réfugiés ne repartiront pas chez eux quand ils seront formés et qu'enfin, la somme des inconvénients (désintégration de l'UE, montée de l'extrême droite, évolution inquiétante des actes racistes, questions identitaires, coût de cette intégration avec problème turc, équilibre hommes femmes, etc...) l'emporte largement sur la liste des avantages... Comme un gamin, je ne comprends pas à la fois d'où Frau Merkel sort son pognon et pourquoi les autres membres de l'UE ont été si passifs....à moins qu'on ne maitrise rien, mais vraiment rien du tout...

Les commentaires sont fermés.