Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Notre médecine est malade d'une culture française, peu compétente en Projets de Déploiements

Notre médecine est malade…Mais pas partout et pas de manière égale, car nous avons encore des grandes compétences, mais elles s’épuisent…. Stress, planning surchargé  et grande fatigue ne font pas de la bonne médecine. La France  est surtout malade du fait d’une totale désorganisation, liée en grande partie à notre héritage culturel et à l’époustouflante résistance au changement de ce pays ; elle est également malade d’un manque généralisé de formation tout au long de la vie.

De plus, c’est l’anarchie totale, les équipements sont attribuées en fonction de critères opaques liées à la notoriété du Directeur de CHU ou de sa couleur politique, comme par exemple, actuellement l'un des premiers IRM 7 dernier cri, est installé au CHU de Poitiers, grâce à Mme Royal, commandé lors du dernier quinquennat de Mr Hollande…

On sait faire des traitements parfois très pointus, comme à la Timone en Gammaknife, mais tout cela est un véritable patchwork, où la vie d'un malade dépend de sa situation géorgraphique et des compétences de la région.
D’autre part, l’hôpital avec son architecture en H a vécu, c’était une autre époque, où on pensait qu’il fallait tout avoir sur place, traiter à peu près tout au nom de la proximité, minimiser les temps de transferts et surtout faire des économies.

Quant à la médecine de ville, l'offre s'est écroulée, du fait de médecins généralistes qui travaillent parfois au 1/3 temps pour la patientèle, en refusant de faire des gardes la nuit et le WE comme faisaient leurs ainés.

Cette médecine là n’est plus acceptable dans un pays comme le nôtre, compte tenu des avancées technologiques importantes qui se sont faites dans les quinze dernières années et qui vont se poursuivre à cadence accélérée. Je pense qu’il faut aller vers des unités spécialisées, modulaires,  indépendantes, par région et par département à terme, à taille plus humaine, réunissant des équipes pluridisciplinaires (chirurgien, radiologue, radiothérapeute, généticien, biologiste, psychologues de nouvelles génération, maitrisant  aussi bien l’histoire de la psychanalyse et de la psychiatrie que les neurosciences, kinés, infirmières, ergothérapeutes, etc…), avec tout le matériel qui va bien (systèmes imagerie de nouvelle génération, radio chirurgie guidée par ordinateur , robots, etc…),  formées spécifiquement à des spécialités : « maternité, pédiatrie, neurosciences », cardiologie et système vasculaire, cancers et pathologies du système digestif, maladies de la femme, «  cerveau et troubles du comportement », « Système pulmonaire et allergies »,  etc…., avec des centres de proximité de type dispensaire de nouvelle génération, réunissant généralistes, infirmières, psychologue, avec un peu de matériel (échographies, ECG, etc..) avec des toubibs capables de suivre la patients y compris à distance, dans leurs relations avec les spécialités.

Le financement ? Là aussi, il faut probablement revoir la copie, on ne peut pas offrir du gratuit avec des coûts qui grimpent de manière exponentielle, avec de l’AME ouverte.  C’est une esquisse mon affaire, je n’ai pas la prétention du « yaquafautquon ». Bien sûr, des ponts entre ces Unités seront nécessaires, car aucun système n’est parfait.

Il faut mettre en place des déploiements avec beaucoup d’accompagnement et de recyclage. C’est un Plan qui doit s’étaler au minimum sur quinze ans, avec une communication très pédagogique vers le public et les citoyens, sachant qu’il ya aura un temps de transition, avec des dysfonctionnements temporaires, qu’il faudra essayer de minimaliser. 

On pourrait s’inspirer des multinationales, qui ont transformées leurs usines rachetées ici ou là en Unités Spécialisées dans le monde entier, comme Nestlé ou Total par exemple, qui ont muté en profondeur leurs entreprises (c'était mon métier dans la partie formation) …Mais dire cela n’est pas dans le logiciel français, qui veut de la Sécurité tout de suite,  fait de « dialogue social » forcé et de bras de fer, qui aboutissent souvent à dépenser beaucoup d’argent pour rien, et qui fait, que depuis Bachelot, Touraine et Buzyn, on n’avance pas beaucoup ou pas bien, les ministres étant contraints à rentrer dans une sorte de méthode franchouillarde, fortement inspirée par des syndicats peu compétents, surtout poussés par leurs bases à réclamer des augmentations de salaire. Et puis, quand syndicalement, on défend l’idée que l’Hôpital doit aussi un lieu d’accueil social de la misère, on mélange tout et on sature les urgences transformées en Hospice religieux, du temps jadis….Ah, l’héritage de Victor Hugo, sur la religion républicaine inspirée du catholicisme, avec utopie d’unité nationale, où on marcherait tous ensemble de l’Ombre vers la Lumière, quelle connerie !!!

C’est tragique….J’ai bien peur que Macron ne se représente pas ou se fasse éjecter, et laisse la place à des populistes, qui feront dans la démagogie et nous tireront un peu plus vers le bas, comme en GB, aux USA ou autre….Je ne crois pas au pouvoir de la rue pour faire des réformes
On l’aura bien cherché et la social-démocratie un peu trop laxiste et superficielle, porte la dedans, une très lourde part de responsabilité !!!!

Écrire un commentaire

Optionnel