Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

L'UE post brexit et l'inhibition de l'action

J’ai déjà écrit que la grande fracture ne se trouvait pas entre les Territoires et les Métropoles ou sous forme de je ne sais quel archipel, mais entre le monde anglo-saxon et l’Europe, dont nous n’avons pas su mesurer avec lucidité les redoutables influences et conséquences sur nos vies depuis la seconde guerre mondiale (informatique, médecine, psychiatrie, féminisme, émancipation des minorités, commerce, finance,etc…). Regarde combien de mots anglo-saxons composent aujourd'hui le vocabulaire des jeunes diplômés..

La grande rupture de l’histoire occidentale s’est produite en 1945 et De Gaulle a été « en même temps » notre chance et notre pire malheur, en refusant d’analyser ce qui s’était produit, au nom de la cohésion nationale, et d’une fuite en avant, qui a donnée néanmoins l’illusion d’un nouveau départ, avec le mirage des Trente Glorieuses (avec l’appui trop méconnu du Plan Marshall) . La Shoah, qui n’est pas imprimée dans les mémoires  d'un grand nombre de jeunes citoyens ou qui est vue comme un complot négationniste, est le trou noir, qui a marqué au fer rouge, sur le plan international, l’Allemagne, la France et l’Italie, qui étaient préalablement les plus grandes puissances dans le monde, avec la Grande Bretagne, qui par contre, s’est placée avec les Etats Unis, dans le vrai camp des libérateurs, avec une Russie, qui a su rebondir avec Poutine.

Nous depuis, on bricole au milieu de ces deux pôles, depuis 75 ans, sans avoir su trouver notre identité européenne, à cause de notre incapacité à poser les vraies questions qui fâchent, à construire quelque chose de puissant et à réformer avec méthode services publics, industries, système économique et système éducatif.

Macron peut s'agiter comme un beau diable en Allemagne en pestant d’impatience, il n’a aucune crédibilité, il brasse du vent, comme ses derniers prédécesseurs, …. Regarde le bordel qu’il y a chez toi, doivent penser Merkel et les autres dirigeants germaniques aujourd’hui eux aussi en crise existentielle, avant de donner, une fois de plus, des leçons, alors qu’une malheureuse vidéo liée à ce laxisme français en matière de sécurité et l’ irresponsabilité de nos leaders politiques, peuvent tout faire exploser, en attendant la prochaine vidéo déjà annoncée, encore plus meurtrière.

Notre acharnement en matière de refus de connaissances des religions, au nom d’une valeur de laïcité poussée jusqu'à l'obscurantisme, nous empêche de comprendre ce qui se joue sur le plan mondial, afin de construire quelque chose de positif, entre effondrement du christianisme avec ses conséquences sur nos esprits, lutte juive pour la pérennité, jouée en Israël et par les diasporas, et difficile révolution musulmane…Notre connerie face à la séparation entre privé et vie publique pollue nos analyses et nous interdit de voir avec réalisme, ce qui se joue sur les réseaux sociaux. Notre enfermement schizophrénique dans l’anti-libéralisme au nom d’une France qui ne produit plus rien de véritablement nouveau, étant davantage dans l’adaptation que dans la création, ruine notre économie en profondeur et déstabilise nos concitoyens, en les emmenant dans le chaos révolutionnaire, chaos orchestré au passage en grande partie, par l’ancien bloc soviétique, avec la bénédiction de Donald Trump.

Le blabla lamentable de nos débats soi disant démocratiques, la pitoyable dérive de nos médias vers le rien (importée elle aussi des Etats Unis, car on importe aussi le mauvais) et l’abandon d’une culture véritablement formatrice tout au long de la vie, ravage nos cerveaux, cet organe si extraordinaire, dont nous refusons toujours d’expliquer les bases de son fonctionnement au plus grand nombre….

Bref, nous irons de collapses en collapses de plus en plus violents, car quand on manque d’outil sérieux pour résister dans ce monde qui bouge à une vitesse vertigineuse, on subit….et on sait ce qui se passe quand on subit, comme le disait le grand Laborit….

Écrire un commentaire

Optionnel