Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Silences et bavardages à propos du consulting

mathieu.jpg


Nicolas Mathieu, tu déconnes complètement….C’est le Goncourt qui t’a filé la grosse tête ? Je sors comme toi du monde des gens de peu, je n’ai pas côtoyé des consultants, J’AI ETE consultant dans un grand groupe qui bossait pour les multinationales, et un tout petit peu pour l’Etat, car ton Etat adoré payait mal les prestations, au-delà des délais normaux, quand les parapheurs avec les factures avaient fini de tourner dans les labyrinthes de l’administration, ce qui pouvait prendre des mois…


Je connais largement aussi bien que toi ce milieu, je pense, qui m’a permis de sortir du trou dans lequel tes services publics inefficaces auraient pu me laisser…Tu écris ce matin dans Libération que les cabinets de consulting, pervertissent la vie publique, qu’ils cherchent à rendre les services plus performants pour moins cher, tu crois qu’ils sont performants tes services publics, malgré le pognon de dingue qu’ils nous coutent avec nos impôts, nos taxes, etc…car j’espère que tu sais qu’à un moment où un autre, il faut que quelqu’un paie, ce qui semble gratuit, et que le pouvoir d’achat du citoyen en prend un coup des dépenses qui sont en % parmi les élevées du monde ? Tu écris « la démocratie c’est tout sauf efficace. La démocratie, c’est bavard, c’est lent, ça suppose des arbitrages, des recherches de compromis. Le service public, ça n’est pas rentable, c’est couteux, mais ça tient une société » Tu as très bien résumé ce que les citoyens lui reprochent, aux services publics, de ne pas être efficace en se perdant dans des réunions interminables, où on reporte toujours la moindre décision à plus tard pour ne rien remuer….

Tu crois que le bordel dans la santé et dans l’éducation, des secteurs empêtrés face aux mutations technologiques, n’est qu’une histoire de moyens qui manquent, tu en es encore là, mon pauvre garçon ?

Tu crois que la Santé et Educ Nat, ces mammouths, qui ont déjà loupés un paquet de stations face aux gigantesques innovations du siècle, sont de bons services, qu’ils font de la qualité, qu’ils répondent aux attentes de la société ? Je connais bien les slides que tu a dénoncé sur un autre média, sur la conduite du changement qu’on projette aux managers, tous les cabinets utilisent à peu près les mêmes, et j’ai animé plusieurs séances de formation avec ces PowerPoint…..Il faut bien, en peu de temps, sans se perdre dans des débats sans fin, sensibiliser au changement, les Hauts Fonctionnaires surbookés de la Fonction Publique, qui ont des agendas tellement surchargés, qu’une journée de formation semble les priver de la mission de leur vie…. car tu ne croies pas qu’il serait temps de sortir du ronron bureaucratique qui tue la productivité, même si ce mot te gratte, toi l’écrivain, ce merdier kafkaien que dénonçait déjà Michel Rocard quand il était premier ministre ?

figarconsult.jpg




Dans le Figaro du jour, c’est d’ailleurs un autre son de cloche à propos de Mc Kinsey…. Il se raconte que la crise sanitaire a été vécue par le public, en particulier au Ministère de la Santé, comme un cauchemar organisationnel, avec une Administration incapable d’affronter un événement qui sortait de la routine… Selon certains experts surtout de gauche, j'imagine «  les grands corps d’Inspections seraient capables de faire le travail pour lesquels les consultants facturent plusieurs milliers d’euros leur jour/homme….L’Inspection, ils sont nuls, poursuit l’article du Figaro, en citant un Ministre, avant de rectifier : Ils sont formatés pour vérifier à posteriori le respect d’un texte, pas pour refaire une organisation en vue d’un objectif….pour faire de l’audit, en somme… pas du conseil stratégique »

Cette boule puante à deux semaines des élections sent le scandale d’un Etat, que Bourdieu décrivait déjà dans ses cours au Collège de France au début des années 90, comme une Dynastie, une sorte de pouvoir hérité de la Monarchie, qui a surtout pour objectif de perpétuer le patrimoine culturel, d’une sorte de Maison du Roy, où rien de majeur ne doit bouger, avec des Seigneurs qui se partagent chacun un morceau de territoire, un secteur administratif, une division fonctionnelle….Qui d’autres, que des consultants du privé, peuvent tenter de secouer ce panier de crabes, qui se reproduit souvent au sein d’une minorité de familles ?


Photos issues de Libération et du Figaro de ce jour

Écrire un commentaire

Optionnel