Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

28/05/2014

Souvenons nous de l'europhorique Jospin...

Pourquoi les français devraient avoir honte et se faire tout petits ?

Parce que ce pays n’a cessé d’accumuler des conneries, à commencer par la gauche …car pour promettre, on sait faire en France, comme Hollande qui voulait faire la guerre à la finance et se fait élire avec ce joli coup de com…non, seulement, il ne fait rien, car il ne peut probablement pas faire grand-chose, mais en plus, il porte sur ses épaules le poids du mensonge français à l’étranger qui caractérise ce pays si arrogant, un pays qui n’a pourtant cessé de faire des erreurs ….

Revenons sur l’euro, qui étouffe l’économie française, compte tenu de l’inflation masquée du prix des matières premières et du trading, l’effet Cantillon comme l’appelle les économistes, qui fait que le prix de la viande augmente de 20 % en 3 ans, celui du pain qui suit le cours du blé multiplie par 7 le prix de la baguette depuis 2002, alors que celui de l’essence ou de la téléphonie reste stable ou baisse, ne laissant voir qu'une moyenne non significative…en France, on devrait avoir comme salaire minimum environ 3000 € (comme le revendiquent les suisses, où les prix sont un peu supérieurs, mais restent très comparables à la France) et non 1500  €, voire moins. Vous n’avez pas remarqué que depuis 10 ans votre porte monnaie est percé pour faire les courses au supermarché ?. Or, en dehors du fait que les socialos finissent par assommer les classes moyennes dites supérieures avec des impôts, celles qui touchent 3000 €, en les pointant comme riches (ou en espérant taxer le patrimoine, comme le suggère le trotskyste Picketty), qui a créé l’euro ? Mitterrand et Delors, entériné à Maastricht, un super coup de poker de Tonton qui voulait en 1992, créer une sorte de contre pouvoir à la réunification de l’Allemagne et qui voulait aussi surtout étouffer l’inflation de la France et planquer son incompétence pour arrêter le chômage, des maux qui rongent la vie de nos compatriotes....et pourtant, à cette époque, les anglais, les danois, les américains, avaient mis en garde  Delors sur l’énorme risque qu’il y avait à accrocher des économies un peu malades (Grèce, Italie, Espagne, France, je ne parle même pas de celles qui sont venues après) à des économies performantes (Allemagne, Pays Bas..), et  que geler, les parités, relevait de la folie…il suffit de relire les rapports de l’époque….mais Delors espérait que l’euro allait rendre les pays plus solidaires….ils l’ont été solidaires, on en a fait des transferts d’argent en Europe, il imaginait quoi Delors ?…le grand rêve gaucho, le même qui fait que Chevénement et Jospin, ont vendu l’égalité des chances à l’école et l’université pour tous, sans un poil de réalisme…

Souvenez-vous, il  était beau  le 1er janvier 2002, l’europhorique Jospin, comme il aimait à se faire appeler au journal de 20 heures de l’époque, en courant sur les marchés avec ses billets de 20 E à la main, clamant avec un certain mépris qui le caractérisait, qu’on pouvait aller en vacances en Espagne et payer sa paella avec…

Pourtant, qui crie contre l’euro aujourd’hui ? Le clown Mélenchon, qui pourtant a fait un chèque en blanc à Hollande à la Bastille le 6 mai 2012….et Mélenchon, il était où, et avec qui,  en  1992 ou en 2002 ?

Et le bon peuple dans tout ça ? Ben, il applaudit, il suit, il est fier de voir arriver la gauche au pouvoir, d’avoir l’euro, dont on ne sait plus quoi faire avec, tant les risques de le supprimer peuvent nous mener au fin fond des abimes et qui va pousser les britanniques à sortir de l'Europe(le début de la fin),  malgré le risque qu'il y a pour eux à sabrer Londres, première place financière d'Europe.... ils sont beaux, nos  énarques, cette belle école où l’on apprend les yeux dans les yeux à des Copé ou des Cahuzac, à mentir sans bouger un sourcil, face caméra…car le bon peuple, il  aime beaucoup plus la belle langue que l’économie, le bon peuple et les orateurs qui maitrisent…l’économie, c’est chiant et c’est sale, le vieux réflexe catho…et à l'ENA, où on apprend surtout à faire du bonneteau avec les finances publiques en étant brillant sur le plan de l'empathie heuristique pour embobiner les médias, on regarde les entreprises avec mépris...

Certes, il y a  cette manie française, qui consiste à magouiller des comptes.... si le destructeur, mais intelligent,  Plesnel avait les moyens de mettre à jour, les comptes de nos belles entreprises, on trouverait des affaires à peu près partout et on remplirait les prisons de patrons escrocs…la France n’a rien à envier à l’Italie, sauf que les italiens que je connais bien, rient de leurs petits péchés, contrairement aux français qui nient la réalité avec aplomb, comme un dirigeant de l'UMP…l’arrogance et l’intelligence française, qui a largement participé à la naissance d' un mouton à cinq pattes, l'Europe telle qu'elle fonctionne (ou pas), un bidule, comme aurait dit De Gaulle, avec sa double contrainte (autonomie des états et direction fédérale) ....et pourtant, l'Europe est une très belle idée..

Alors, on me dira que l’Etat pourrait nous sauver…sauf, que dans ce pays, où les fonctionnaires sont employés à vie, on n’embauche plus de jeunes en nombre suffisant depuis longtemps….regardez la pyramide des âges dans l’administration, où on vit, on crée, on gère avec 20 ans de retard en terme de mentalité…et où on presse le citron jusqu’à plus soif pour rentrer dans des budgets hyper compressés (l’euro toujours) , en ne pouvant du coup , rien réformer, ni  s’adapter aux nouvelles technologies…

Alors, alors, je pourrai continuer longtemps mon réquisitoire contre les valeurs de notre beau pays, et de Hollande, le "problème" pour Merkel , le "petit sauteur de la rue du Cirque" qui fait rire aux éclats  les anglais dans les pubs, car la France n'est pas n'importe quoi, et en particulier la gauche, qui porte une lourde responsabilité de leader dans les années 80 pour l'Europe et l'euro, emmenant moins de quinze ans plus tard, tout un continent à la baille… il ne faut pas s’étonner que la jeunesse, y compris diplômée, vire chez Marine pour se faire entendre…on a ce qu’on mérite…

 

Les commentaires sont fermés.