Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

21/03/2015

Mauvais choix

 

9d9fe6ca8058aa9d401f8654d7515927.jpg

L'un de nos innombrables sociologues expliquait ces derniers jours sur les médias, que notre déclin était lié à plusieurs facteurs, comme au fait d’accorder trop d’importance à l’égalité, mais aussi à notre manque de dialogue social entre syndicats et patronat et à la complexité de notre législation, en particulier dans le domaine du travail, où on a beaucoup cherché à protéger le salarié…

Je ne suis pas sociologue, mais ce diagnostic peu exhaustif, n’est pas nouveau, j’en ai souvent parlé et de mon point de vue, il n’est pas suffisant pour expliquer le climat de régression psychologique qui me semble dominer dans le pays : pas de véritable volonté de s’en sortir, incompétence généralisée, promesses démagogiques des politiques, manque de lucidité, insouciance financière à tous les niveaux.... on attend des subventions hypothétiques venues de je ne sais où, et une reprise internationale de l’économie qui devrait suffire à nous sortir de là…au fond, beaucoup de nos concitoyens pensent comme les grecs, que ce sont l’austérité et l'Europe qui sont les causes de nos souffrances et qu’il suffit de continuer comme avant…Hollande a une grande part de responsabilité dans cette croyance, c’est sûrement pour cela qu’il est de plus en plus isolé sur le plan européen et que la France est un pays qu’on invite encore par politesse à certaines réunions, mais qu’on n’écoute plus par manque de confiance…n’oublions pas qu’avec un FN premier parti de France, nous sommes le pays  de l'UE qui comprend le plus haut pourcentage de gens qui veulent sortir de l’euro.

 

afficheeuropeennes01.jpg

Campagne contre l'Europe (et l'euro)

 

Je pense que notre manque d’ambition ontologique est lié à un état d’esprit qui a pris place dans notre culture depuis bien longtemps et qui nous marginalise : un mélange d’altermondialisme anti-libéral finalement très réactionnaire, qui a bien infiltré notre système éducatif enseignant aujourd'hui complètement à la ramasse, et de culture catho, qui n’aime pas l’argent, la réussite, l’entreprise, où les derniers seront mes premiers, où Jésus Christ le rebelle contre les élites est un exemple à suivre, et où pour avoir une belle vie, il suffit d’amour et d’eau fraiche,  etc…

 

nordine__telerama_t.jpg

il n’y a plus beaucoup de cathos, mais la pensée Télérama est toujours bien présente auprès des élites moyennes, surtout auprès des plus âgés, qui ont transmis une valorisation excessive de la culture populaire, du partage et de la solidarité. Ces valeurs sont louables, mais dans un monde en compétition, aucune chance pour un peuple entrainé à l'assistance, dont la majorité n'aspire à rien d’autre que de rester bien au chaud devant un feu de bois, en sirotant un coup de bourgogne et de bordeaux entre copains….je ne suis pas sûr du tout que cela soit très humaniste et très responsable vis-à-vis des plus jeunes générations, qui n’auront plus qu’à gérer des ruines ou à se dépatouiller avec je ne sais quel dictateur….

En Grèce, ce sont  les plus pauvres qui ont perdu parfois jusqu'à 80 % de leur maigre revenu (source extrême gauche)...Ce n'est pas Syriza qui a fait fuir les capitaux et qui fait la chasse aux patrons, qui va remonter le pays qui court tout droit à la faillite...cela devrait nous servir de leçons...le libéralisme est loin d'être parfait, mais entre deux maux, il faut choisir le moindre, et surement pas la grande Blonde en plus  !

Les commentaires sont fermés.