Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

29/05/2015

J'ai deux amours

Le peuple n'a pas confiance dans ses élites, en particulier dans les politiques; un sondage réalisé par le Figaro fait apparaitre que 62 % des français voteraient "Non" à la Constitution Européenne, si un référendum avait lieu aujourd'hui.
Il faut dire qu'ils ne sont pas rassurants, ces dirigeants, ne convenant au fond à pas grand monde. A l'image de Hollande, très vieille France, Sarkozy et son stand up de café du commerce ou Bayrou, le vieux prof en âge de retraite, on n'est pas gâté. Trop ringards pour les uns, trop fumeux pour les autres.
Par exemple, Hollande en début de semaine a voulu marquer l'opinion avec ses entrées au Panthéon. On sent qu'il avait travaillé son texte, espérant surfer sur l'occasion pour relancer l'esprit du 11 janvier, mais il faisait pitié à voir....
Déjà, avec ses retours sur la résistance, qui sont une bonne occasion pour nous passer en boucle Germaine Tillon, au discours rappelant Stéphane Hessel, on sent la manipulation pour nous ramener le Programme de la CNR, qui était quand même très à gauche (nationalisation, socialisation, rôle de l'Etat tout puissant, etc...), et avec qui De Gaulle lui même avait pris ses distances.
Non, ce qui aurait été fort, comme le suggérait avant hier le Guardian, ce serait d'avoir osé faire rentrer au Panthéon quelqu'un comme...Joséphine Baker...une femme de couleur, afro américaine, bisexuelle (ses célèbres amitiés avec Colette, entre autres), cette artiste aux deux amours et à la double nationalité, avait à la fois œuvré dans la Résistance, lutté pour l'émancipation des noirs, et fait rayonner le  prestige de la France...que de beaux symboles qui auraient eu une autre gueule pour le Président, qui avait là matière à faire toutes sortes de digressions, parlant à notre jeunesse., peut être davantage que la seule seconde guerre mondiale, où les vérités humaines étaient si complexes et les parcours si tortueux, à moins de faire dans la simplification et la communication douteuse.

Une occasion ratée...une de plus...

Les commentaires sont fermés.