Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

23/06/2015

Grec, gracques, grock*

 

athen-parlament-wache-540x304.jpg

« Relever le taux de TVA sur le tourisme devrait permettre de sauver la Grèce de la faillite », ainsi s’exprimait Emilie Besse en ouverture de son journal sur Canal + ce midi…seuls les imbéciles de la plus belle espèce peuvent croire de telles âneries, mais bon, on n’est pas à une connerie prêt, surtout de la part de médias soucieux de bien faire pour ne pas se faire mal voir du pouvoir…

Mais ne mélangeons pas tout…le Vanity Fair de juillet livre un article sur les gracques (oui, gracques, cela vient de Gracchus, deux hommes d’Etat romain), ce club d'intellectuels et d'élites de gauche français proches du pouvoir (Macron, Valls, Hollande), des "visiteurs du soir", comme on disait sous Mitterrand,  et qui agit par en dessous comme toujours dans notre beau pays. On trouve sur leur site des propos révélateur d'une pensée pas vraiment en accord avec les analyses rapportés le plus souvent par la presse généraliste sur la Grèce. Extraits :

 L’euro n’a pas asservi les grecs : il leur a donné pendant 15 ans la liberté d’endetter à des taux allemands un pays qui avait déjà fait faillite quatre fois en deux siècles. Les grecs ont fait ce qu’ils ont choisi de cette souveraineté: plutôt que de moderniser leur État et de rendre leur économie compétitive, ils ont distribué des prébendes et augmenté les revenus alors que la productivité stagnait. Il en est résulté un énorme déficit budgétaire (15 % du PIB, 10% avant paiement de la dette en 2009) et des paiements courants ( 10 à 20% du PIB selon les années, avant la crise ).

On nous dit que la Grèce est dès aujourd’hui écrasée par sa dette. C’est faux. La dette grecque restructurée est certes très élevée en proportion du PIB, mais elle n’est pour l’essentiel pas due avant des décennies, et tourne à des taux proches de zéro. La charge de la dette (principal plus intérêts) que les grecs ont vraiment payée l’an dernier est, en proportion du PIB , égale à celle que paie la France, et inférieure à celle que paie l’Italie. Les créanciers publics savent bien, même s’ils ne veulent pas le reconnaître tout de suite, qu’une majorité ne sera pas remboursée de nos vivants. Ils ne demandent pas à la Grèce de rembourser sa vielle dette, mais seulement de dégager un peu d’excédent pour rembourser très progressivement la « new money » apportée depuis 2012, en commençant par le FMI, qui après tout est aussi l’argent du Bangladesh et du Sénégal. La Grèce n’est pas écrasée par sa dette, mais par ses déficits. Son problème n’est pas son endettement, mais sa politique économique.

Ce que veulent les grecs, c’est une « union de transfert » permanente, si possible une union où le montant des transferts est déterminé non par le Parlement européen, ni par les Parlements des pays contributeurs, mais par le Parlement grec.

L’arme dont ils disposent pour y arriver est l’arme des pauvres. Ils menacent de « tout faire sauter, eux inclus, mais en espérant causer assez de dommages collatéraux à l’économie européenne pour forcer les autres Etats à accepter ces transferts. Ils croient qu’ils peuvent provoquer une contagion financière qui forcera leurs voisins à payer.

 

grèce

 

La gauche travailliste en Angleterre n’y va pas non plus par quatre chemins et nous livre une analyse intéressante…le Guardian écrivait ce matin «  la monnaie unique ne fonctionne pas pour les citoyens ordinaires  », ajoutant également « marché et démocratie ne sont probablement pas compatibles »…

Enfin, si tu préfères lire des nouvelles moins alarmantes ou moins sombres, lis le Monde qui titre ce jour « Une sortie de crise se profile pour la Grèce » ou Libération « Sauver la Grèce pour sauver l’UE »….tout va très bien, Madame la Marquise….Clownesque….

* Mort en 1956, il est considéré comme le plus grand clown musical de tous les temps.

 

Les commentaires sont fermés.