Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

28/07/2015

Onfray la vraie gauche

Onfray est sur France Culture…midi et soir, tous les jours, tu ne peux pas y échapper, le marronnier du service public…ça va être ton médoc tout l’été, comme chaque année, ça coute pas cher à produire, ça plait au cœur de cible des vieux profs qui n'aiment plus Hollande.... et puis, à France Culture, tout le monde est en vacances, eh, on n’est pas fonctionnaire pour rien, l’année a été si dure avec ce Mathieu Gallet qui fait la chasse aux journalistes qui veulent si bien faire leur métier, mais qui dépensent les sous des contribuables sans compter.

Donc, Onfray, il s’attaque à Mai 68…pas de bol, il avait 9 ans à l ‘époque et il devait être dans un pensionnat catholique en pleine Normandie, une période qu’il décrit par ailleurs comme la plus triste de sa vie, avec messe obligatoire et curé aux mains baladeuses…il n’a pas du en voir grand-chose, le petit Michel, alors, il prend le marteau piqueur et s’appuie sur les travaux de Jean Pierre Le Goff, qui lui a connu les manifs et les grèves étudiantes,  et qui balance à charge sur les élites de gauche qui n’ont pas de conviction et qui ne représentent pas le peuple, rien à voir avec les travailleurs qui souffrent au fin fond des campagnes de nos belles régions bucoliques…mais c’est qui ce Le Goff ? Ah oui, c’est aussi un mec de Caen, un sociologue qui a fait une grande partie de sa carrière en étudiant les chômeurs dans le Pas de Calais…tiens, tout cela ressemble bien à une attaque de la Province contre les parigos, les sales parigos bourgeois qui n’ont pas d’âme et qui vivent comme des nantis, les bobos de Libération qui fricotent avec le libéralisme et qui certes, lui rendent bien son inimitié…c’est qu’il ne les aime pas les élites qui soutiennent l’Europe, l'universitaire popu, ces vendus qui ont tout renié, qui ne respectent plus la démocratie et qui décident entre eux, sans se préoccuper de la base qu’ils méprisent. Pourtant, moi qui ne croie pas du tout à la vérité des vrais gens, je suis plutôt tranquille, quand je voie ce qui s’est passé en Grèce, cela me rassure plutôt l’Europe et puis, ça nous donne un peu d'air, ouvre la fenêtre, on étouffe….

Onfray donc, tape allégrement sur le roman national qu’on nous a vendu depuis la Libération…il évoque De Gaulle, qui a su réunir résistants et collabos après la guerre et qui a stoppé la pseudo révolution de Mai en même pas deux mois…mais au fait, il roule pour qui Onfray, maintenant ? Pour Dupont Aignan ? Il est à droite, un dangereux réac, comme le disent justement les mecs de Libération qui ne se privent pas de frapper sur la bête normande, passant aussi pour des connards maoïstes aux pratiques staliniennes ? Ah ben non, il dit que le roman national a fait le lit de Le Pen, que tout ça n’est pas sérieux et a évité de faire des auto-critiques…je n’y comprends rien à sa conférence de café du commerce, ça part dans tous les sens…maintenant il dénonce les écolos, qui rêvent de l’avènement d’un homme pur, aimant les autres et la nature à la sexualité féminisée, un standard de citoyen copier coller...le lobbying écolo  a investi l’école pour modeler l’éducation nationale afin de façonner des êtres nouveaux, des élèves à qui on bourre le crâne avec la théorie du genre, plutôt que de leur donner les bases de la littérature et de leur apprendre à penser…certes, il ne dit pas que des conneries, mais on a du mal à s’y retrouver….

Eh pis, hop, à la fin, atterrissage, la vraie gauche, c’est lui, ben tiens…d’ailleurs, ça applaudit à tout rompre dans la salle… le contestataire Onfray a fait son numéro et il a dit ce que le public de vieux séniors, en retraite loin de la ville et plutôt privilégié, voulait entendre…une fois de plus, il a matraqué tous ces intellectuels qui ne pensent qu’à nourrir leur égo…risible, lui qui ne se prive pas de courir les médias….mais lui, c’est pour la bonne cause, il œuvre à une sorte de mission de révolutionnaire proche de la bonne terre qui nous nourrit…mmmmh….je comprends que les américains n’arrivent pas à saisir ce qu’est un intellectuel pour un français …pauvre France !!!

Les commentaires sont fermés.