Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

27/08/2015

Le Changement par l'architecture, c'est maintenant....ou jamais ?

Evoquons la thématique du changement et la recherche de la réduction des inégalités, à travers l’architecture.

Roland Castro né en 1940, très engagé à gauche, acteur majeur sur l’évolution du Grand Paris et architecte avec Sophie Denissof de nombreux projets en banlieue ou dans des zones urbaines sensibles (comme la réhabilitation du Chemin Vert à Boulogne sur mer, dont le succès social reste à confirmer) me parait intéressant à commenter avec sa dernière proposition qui lui tient à cœur, à savoir celle d’un Central Park à la Courneuve (financement privé)

Son expérience lui a appris, en effet, qu’il ne suffit pas de construire de jolis bâtiments écologiques à la place de barres HLM, pour redonner de l’espoir à des populations déshéritées qui souvent déclarent que le changement de logement n’est pas leur priorité (leur priorité est généralement du côté de la proximité de commerces et de services publics, sans oublier la demande forte de sécurité et bien sûr, d’emploi), mais de tenter d’introduire vraiment de la mixité sociale, en implantant autour et dans des plus grands espaces verts de la région parisienne, un pôle commercial, culturel et d’habitation qui a pour objectif de devenir un grand cœur attractif, comme l’est Central Park à New York. On sait que le pari est très ambitieux et que les échecs en matière de mixité sont nombreux. Pourtant, on sait aussi que le lieu détermine le lien à la vie.

Certes, dans la banlieue de Londres, Barking Riverside, l’un des plus importants  projets de réhabilitation de friche industrielle d’Europe construit aux normes environnementales les plus élevées, avec des habitations à propriété abordable (dont les premiers logements ont été livrés en 2000), devant abriter à terme 25 000 personnes, on constate qu’on a du mal à installer ne serait-ce qu’un cabinet médical, un café, un pub ou un terrain de football, sans parler de la mosquée qui semble impossible à implanter.

Donc, ce projet de Central Park à la Courneuve, en pleine banlieue historiquement l’une des plus défavorisées de la Région Parisienne, sur lequel Manuel Valls doit trancher en octobre prochain, est fortement contesté par les communistes, les Verts, le Front de Gauche, les anti-capitalistes, tous unis pour lutter contre ce qu’il dénoncent comme étant un délire démesuré d’architecte cacochyme détruisant un espace vert (le Parc Départemental Georges Valbon de la Courneuve accueille par exemple chaque année la Fête de l’Huma) pour y installer des logements de bobos.

On retrouve la même violence dans la presse de gauche traditionnelle :

« Ce projet est pensé et conçu sans la moindre consultation des habitants, considérés comme incapables de se prononcer sur les enjeux de leur territoire // Circulez les idiots, vous n’avez rien compris » Libération du 23 juin 2015.

« Central Park à la Courneuve est uniquement sorti de la tête d’un (trop ?) vieil architecte âgé de 75 ans, Roland Castro, qui semble complètement déconnecté des réalités locales, mais dont le réseau politique est fourni. » Le Monde du 18 juin 2015

« C’est un projet anti-écologique, qui risque d’aboutir à la constitution de nouveaux ghettos. Il n’y a quasiment aucune chance que des populations aisées choisissent de s’installer en bordure du parc de La Courneuve, trop éloigné du cœur de la capitale et entouré de banlieues populaires. » Le Nouvel Obs du 8 juillet 2015

Avec ça, change mon gars…Comme dirait Jacques Herzog, un autre architecte qui rencontre aussi beaucoup de contestations, pour essayer d’implanter la Tour Triangle (qui n'est pas une Tour, mais un empilement de plates-formes) dans le sud de Paris (là aussi, Hidalgo, serait plutôt favorable au projet seconde version à financement privé, mais elle doit faire face à une forte contestation des parisiens, qui comparent  "cette folie d'architecte" à Le Corbusier qui voulait détruire une partie du centre de Paris pour y construire des sortes de Tours Radieuses...j'avoue ne plus trop savoir si on va la faire ou pas) :

« La vie c’est fait pour faire des choses, en cela l’architecture est une forme d’optimisme. Or les politiques des partis extrêmes, de gauche comme de droite, se définissent par le fait de vouloir ne rien faire »

Sûr, il est plus facile de manifester que de construire, quitte à se tromper ! People want jobs, not ideology ! le changement, vraiment pas évident !

Les commentaires sont fermés.