Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

25/09/2015

La France est anesthésiée par la bouillie de ses élites

 

opferfest126_v-vierspaltig.jpg

« Comment faire monde quand on est dépossédé de son chez soi ? La réponse est dans le roman d’Ulysse, bla, bla, bla… » et ainsi de suite, c'était parti pour une heure  d'analyse très brillante du roman de l'écrivain irlandais, sur une grande station de radio du service public, pour traiter des migrants

La France est un pays qui va crever de ses délires intellectuels et de son manque total de pragmatisme…En Allemagne, où l’on a souvent tendance à pécher dans l’autre sens, on préfère s’interroger sur les retours d’expérience, pour essayer de distinguer ce  qui n’ a pas  fonctionné avec l’intégration de populations immigrés…idem en Belgique, en Suisse, où la presse s’empare avec un certain réalisme des questions de société….chez nous, c’est interdit de trop parler de l’immigration, on laisse cela à la grande blonde, qui tisse son chemin dans un grand désert de vide, avec à terme les conséquences qu’on imagine...ou alors en montant dans des sphères, essentiellement destinées à briller...

Hier, j’ai passé une heure avec ma mère, qui est en EPHAD, dans la salle à manger, où on avait réuni les pensionnaires pour fêter les anniversaires du mois…. Le réfectoire d’une maison de retraite, c’est un brouhaha pas possible, entre ceux qui parlent forts parce qu’ils sont sourds, ceux qui perdent la tête , ceux qui s’agitent avec leur fauteuil roulant pour se faire remarquer…à la fin de la collation, la voisine de ma mère lui a dit « on n’a pas beaucoup parlé, mais c’est difficile de parler ici »…une phrase qui en long sur l’incommunicabilité qui règne dans ce genre de lieu et qui doit, à mon avis, être assez proche de ce que ressent un migrant dans un centre de rétention, un gymnase, un camp de fortune…

Je n’ai rien contre Joyce, la symbolique, la philologie et j’en passe bien des meilleurs…mais la phrase de la mémé me pousse davantage à réfléchir que les tribulations d’une bande de philosophes de mes deux…

Je pense qu’on ferait bien de revenir sur Terre, il y a urgence…mais je doute fort du changement, compte tenu de la mentalité et la culture de ce pays, parti depuis bien longtemps pour un voyage vers une sorte de planète complètement immature…

Les commentaires sont fermés.