Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

11/10/2015

L'amateurisme de l'UE dans la gestion des migrants

lesbos.jpg

 

Le journal grec Ekhatimerini a publié hier un article, relayé depuis par d’autres médias, évoquant la mise en place la semaine prochaine, du premier Hotspot de l’Union Européenne sur l’Ile de Lesbos, pour contrôler les migrants, qui débarquent, tassés sur des zodiacs, à flux continu de la Turquie toute proche.

 Comme je voulais en savoir plus, je me suis mis à chercher sur le net et sur les sites de la Communauté, ce qu’était un hotspot…quand on cherche, on trouve, des brochures à télécharger, des recommandations, des directives, des power Point de présentation à la presse, etc…j’ai navigué pour comprendre ce qu’était le SEE (Système de gestion des entrées sorties) et le RTP (Registered Travelers Program), car les abréviations sont nombreuses dans la littérature de l’UE.

 Ce qui m’a surpris, c’est l’usine à gaz bureaucratique, et au fond l'amateurisme, qui entoure la question, comme si le problème de la gestion des flux migratoires était nouveau et datait au plus de un ou deux ans…bien sûr, il y a Frontex, l’agence chargée de cette mission, et dont le siège est à Varsovie, créé il y a dix ans…et les accords de Dublin, avec la base Eurodac qui très contestée...on sent que tout cela patine sérieusement, on explique cet amateurisme par l’absence de concertation et d’entente véritable entre les différents membres de l’Union, qui est flagrante…

 

quots _ nepszava.jpg

  On dégage assez vite quelques tendances : d’abord, les documents les plus précis sont ceux qui donnent les directives sur les imputations budgétaires, comment compter les gros sous, avec des audits par des boites extérieures (ils ne doivent pas être assez nombreux à l’UE)…ensuite, comme chacun fait dans son coin et que le grand système informatique compatible de suivi qu’on pourrait imaginer nécessaire, est loin d’être opérationnel, on perçoit que les anglais, qui ont du piquer des procédures et des applications aux US, sont les plus avancés sur le plan administratif et sécuritaire…après on sent nettement se dégager deux courants :

 - ceux, qui derrière les allemands (les seuls à vraiment vouloir accueillir des réfugiés pour des raisons démographiques), pensent que les migrants sont des sujets, des ressources, qu’on va pouvoir identifier avec des tests, orienter avec des décisions juridiques,  façonner en fonction des  besoins économiques des pays d’accueil, et ceux qui doivent imaginer que la question est immaitrisable comme les hongrois ou les polonais, que les quotas sont une vision utopique et dangereuse qui rappelle un peu les procédures de tri des juifs à l’arrivée des trains (toi, tu montes dans le camion A, toi dans le camion B, etc…) et qu’il faut résister aux flux migratoires pour des raisons économiques et idéologiques. L'Allemagne est toujours l'Allemagne, avec ses vieux démons, comme quand les assistants de Speer, Ministre de la Production sous Hitler, calculaient en calories la ration la plus adaptée et au moindre coût, pour faire marner des pauvres bougres sur des chantiers ou dans des usines d'armement)...quant aux gentils suédois qui ont le sentiment d'être le dindon de la farce, ils aiment bien les migrants, mais ils ne savent plus quoi en faire....

 Les français ? Ils paraissent assez absents de toute cette réflexion, ils sont  très en retrait les gauchos de l'égalité donneurs de leçons…les français, ils ont leur réputation brisée à Bruxelles, ils sont comme leur Président, ils parlent pour ne rien dire et ne décident jamais quoi que soit de concret, et quand on voit dans quel état est leur pays, laisse tomber…

 Si, les français, ils donnent leur avis pour imposer généralement des contraintes et embrouiller les cartes (expliquant le rejet de plus en plus important d'Eurodac) , style informatique et liberté (protection des données dans les fichiers, restrictions sur la durée de conservation des empreintes, dans l'utilisation des scans du visage, réglementation trop compliquée de l'accès à la base, etc…)…ils discourent des droits de l’homme, mais Calais la Honte est dans un tel état d'insalubrité, qu’ils n’ont pas un sou de crédibilité.

 Quant aux grecs, tu apprends que Tsipras s’est rendu en visite éclair à Lesbos la semaine dernière, mais qu’il n’a rien vu...visiblement, le problème des réfugiés n’est pas sa priorité, il a d'autres chats à fouetter pour redresser la Grèce …par contre, son ministre Yannis Mouzalas a déclaré que le marché aux migrants qui se dessinait en Europe était honteux, style on veut dix chrétiens et pas de musulmans ou 25 femmes avec 30 enfants....théoriquement, l'affectation des demandeurs d'asile se fait sans leur avis, mais inversement, les pays ne doivent pas imposer des contraintes, sinon l'Europe va devenir un marché humain. Les grecs redoutent par ailleurs, que Damas tombe et que l'afflux soit encore plus important, avec des conditions climatiques de plus en plus dangereuses pour aller de la Turquie à la Grèce.

 Bref, inch Allah, Inch Allah…..

 Lien pour suivre le fil des événements

Images : arrivée de migrants à Lesbos et carte des quotas par pays
(on remarquera la précision de la recommandation à l'unité près, traduisant l'absurdité de la logique comptable, et le chiffre sous estimé donné pour l'Allemagne)

 

Les commentaires sont fermés.