Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

13/11/2015

Skier un jour d'avalanche

 

AfD-Demonstration-Berlin-and-Counterdemonstration.jpg

Le peuple a peur, la contestation enfle un peu plus chaque jour…je parle de l’Allemagne, où la colère grandit face à l’afflux incessant des réfugiés, et où le divorce est de plus en plus important entre des citoyens inquiets, anxieux, indignés, révoltés même, ne digérant pas le « on peut le faire «  de Merkel…

Des rumeurs circulent d’un nouveau Weimar ou d’une démission prochaine de la Chancelière…des photos de manifestation à la une des quotidiens rappellent la Grèce…

Même le bon Dr Schauble n’est pas rassurant, ayant beaucoup de mal à boucler son budget 2016, avec des milliards de dépenses supplémentaires à prévoir pour accueillir, former, intégrer et indemniser les réfugiés, tout en assurant la sécurité du pays. Pire, il a même été jusqu’à comparer l’afflux des migrants à une avalanche qui peut tout emporter sur son passage, sous entendant que la politique de la Chancelière ressemble à celle d’un skieur peu prudent, ajoutant «  je ne sais pas si l'avalanche est déjà dans la vallée, ou dans le tiers supérieur de la pente…je passe sur De Maizières, le Ministre Fédéral de l’Intérieur, qui ne cache pas ses réserves et aurait même pris des mesures sans en référer en haut lieu.

On sent en parcourant la presse allemande  comme une grande inquiétude générale, qui tranche avec les analyses un peu théoriques de certains spécialistes et les grandes envolées humanistes (voir par exemple en ce moment le documentaire « Déchiffrage » diffusé en début de semaine sur Arte et toujours visible sur arte+7).

Certes, le pays se vit comme expérimental, se lançant dans un défi que les autres européens semblent regarder d’un peu loin, d'un air désabusé, et dans la presse conservatrice, on essaie de garder la tête froide en argumentant sur le fait que Merkel garde une côte de popularité confortable (autour de 50%) et qu’elle reste le meilleur rempart contre le chaos.

On cherche le chemin, comme le dit également le Suddeutche Zeitung, qui parait plus proche de la réalité….

Les commentaires sont fermés.