Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Comment survivre dans un monde qui disjoncte ?

 

IMG_20190416_141447.jpg

Il faut se rendre à l’évidence, tout se fracture de partout…Tout pète, tout explose, les repères, les valeurs, les plans de carrière, les familles, les curés, l'école, c’est la grande mascarade.

Sois lucide…Bien sûr, si au fond de ta province, tu as la chance d’appartenir à une tribu un peu soudée et encore un peu structurée, tu peux encore disserter le dimanche, autour du barbecue, de l’avenir de Jadot…Mais si tu te promènes avec les pavillons ouverts, les esgourdes en position radar, si tu es plus explorateur de l’âme humaine que des fonds marins, si tu écoutes ce qui se dit au café, au marché, dans les transports, si tu causes avec tes voisins, si tu te gaves d’études psys pour trouver qui tu es, si tu lis les news où tous les matins tu reçois ta dose de trumpisme flirtant avec les dictateurs, d'iraniens prêts à tout faire sauter, de macronnade foireuse, de statistiques alarmants, d’articles anxiogènes sur le déploiement de toutes sortes de réseaux mafieux ou de tarés islamistes, avec des contrôles de plus en plus renforcés et un état en surchauffe policère, tu sens bien que les parcours de vie ressemblent plus à du Yasmina Reza qu’à un discours de Blanker…

Ce matin, en sortant la chienne à 6 heures, je rencontre une dame pipitoutou, qui me raconte que notre vétérinaire, âgé de la cinquantaine plaque tout, il vend : divorce, problème avec l’associée un peu trop sexy, ras le bol des clients qui prennent leur chien pour leur gosse, et hop, circulez, le cabinet sur lequel il a trimé depuis trente ans, à vendre…Il a compté ses sous et dit avoir assez de pognon pour prendre sa retraite et aller faire de la photo et du trekking à l'autre bout du monde…

Regarde les trajectoires des individus, intéresse-toi aux "life courses studies" comme on dit en sociologie…Tu verras que le genre compte autant que le diplôme supérieur, que plus rien n’est stable, il suffit que tu croises deux ou trois folles dans ta vie et hop, circulez, tu te retrouves à la baille, que tu soies bien-né ou venant de la zone, avec ou sans bagage intellectuel …

Non, il faut mieux en rire, puisque tu ne peux plus te raccrocher à rien, même plus à la religion, bientôt on recyclera les églises en boite de nuit, tu sais de l’electro avec lasers sur les voutes, c’est tendance….

Bonne journée et profitez du temps présent….

 

Photo de l'auteur : Philharmonie de Paris

Écrire un commentaire

Optionnel